Langues officielles: le NPD critique l'inaction des libéraux

Le gouvernement libéral n'a pas répondu directement aux... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le gouvernement libéral n'a pas répondu directement aux préoccupations du député néo-démocrate François Choquette.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) reproche au gouvernement libéral de ne pas intervenir assez rapidement pour corriger des problèmes soulevés récemment dans le dossier des langues officielles.

Qu'il s'agisse des problèmes au Bureau de la traduction, ou des prix plus élevés pour les tests de langue française destinés aux immigrants, le député de Drummond et critique néo-démocrate en matière de langues officielles, François Choquette, soutient que les libéraux devraient agir dès maintenant compte tenu de leur engagement sans équivoque de faire respecter la Loi sur les langues officielles.

«Ce n'est pas difficile de faire mieux que le gouvernement conservateur. Mais quel est le plan du gouvernement libéral pour les langues officielles?» a demandé le député Choquette lors de la période de questions à la Chambre des communes, vendredi.

Randy Boissonnault, secrétaire parlementaire de la ministre du Patrimoine canadien, n'a pas répondu directement aux préoccupations du député Choquette, se limitant à dire que le gouvernement allait déposer un nouveau plan pour les langues officielles d'ici 2018 pour remplacer la Feuille de route 2013-2018 mise de l'avant par le gouvernement conservateur et qu'il y aura des consultations.

«Je veux bien donner la chance au coureur, mais c'est une réponse qui est inacceptable. Le gouvernement a pris un engagement clair. Il devrait agir plus rapidement pour corriger la situation au Bureau de la traduction», a indiqué au Droit le député Choquette.

«Le personnel souffre de l'impact des compressions, et du gel de l'embauche. C'est sans compter les répercussions qu'aura l'outil de traduction automatique sur la qualité du français dans la fonction publique. La situation nous inquiète», a poursuivi M. Choquette.

Ce dernier veut s'assurer que la situation au Bureau de la traduction soit étudiée par les députés. S'il le faut, il présentera une motion pour convoquer la ministre des Services publics ou les responsables devant un comité parlementaire.

Le dossier des tests de français

M. Choquette a aussi dénoncé les prix plus élevés des tests de connaissance du français destinés aux immigrants francophones par rapport aux tests en anglais.

Une immigrante francophone de la région de Toronto a raconté à Radio-Canada, en décembre, avoir dû faire son test en anglais parce qu'il s'avérait moins coûteux qu'en français.

«J'ai déposé une plainte au Bureau du commissaire aux langues officielles pour m'assurer que ce dossier fasse l'objet d'une enquête. Il n'y pas de raison que ces tests soient plus coûteux parce qu'ils sont en français», plaide le député Choquette, qui a succédé à Yvon Godin, maintenant à la retraite, comme défenseur des langues officielles au NPD.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer