Le député Amos livre un «cri du coeur» pour le Pontiac

Le député Will Amos souhaite que ce sommet... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le député Will Amos souhaite que ce sommet soit l'occasion pour tous de se rallier derrière une perspective régionale et élaborer des projets rassembleurs.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le député libéral du Pontiac, William Amos, a profité de son premier discours à la Chambre des communes pour lancer un «cri du coeur» dans l'espoir de sortir le Pontiac de son marasme économique, en particulier sa partie rurale, parmi les plus pauvres du Québec.

«Je m'indigne de la situation économique du Pontiac. Il n'est pas normal que certaines parties du Pontiac et de la Haute-Gatineau affichent un des taux de pauvreté les plus élevés de la province de Québec. Notre région a été trop longtemps oubliée», a déclaré le député libéral Amos.

En entrevue au Droit, M. Amos a expliqué qu'il s'est donné comme mission non seulement de représenter l'électorat d'Aylmer et de Gatineau, qui forment la partie sud de la circonscription de Pontiac, mais de donner une voix à la partie rurale «si souvent oubliée dans la grande région de la capitale nationale».

Un sommet socio-économique cet automne?

La tenue d'un sommet socio-économique qui rassemblerait les forces vives du Pontiac et de la Haute-Gatineau fait partie de ses engagements.

Le député Amos souhaite que ce sommet soit l'occasion pour les élus municipaux, groupes communautaires et peuples autochtones, de se rallier derrière une perspective régionale pour l'élaboration de projets rassembleurs.

Pour l'instant, aucune date n'a encore été fixée, mais le député aimerait bien qu'il ait lieu à l'automne 2016. Beaucoup de consultations et de travail restent à faire pour préparer cette rencontre afin qu'elle donne des résultats.

«Notre gouvernement fera des investissements importants dans les infrastructures au cours des prochaines années. Le Pontiac compte 44 municipalités. Chacune a ses priorités, mais elles ne seront pas toutes retenues. Il faut agir de façon stratégique et c'est ensemble que le Pontiac va sortir de ce marasme», a expliqué celui qui est déterminé à travailler pour supporter l'industrie forestière et développer le potentiel touristique du Pontiac.

Pour ce faire, il veut attirer l'attention des décideurs et de la population des grandes villes pour leur faire comprendre que leur succès passe par celui des régions rurales.

Ses collègues du caucus libéral l'ont déjà entendu et il entend répéter son message.

«Il faut absolument que les villes de Gatineau et Ottawa comprennent que leur croissance dépend du succès du milieu rural», a rappelé M. Amos.

Une étude du Conference Board réalisée en 2009, a-t-il rappelé, avait révélé comment les régions rurales contribuent à l'essor de l'économie des villes. Il aimerait bien que cette étude soit mise à jour pour donner un portrait de la réalité actuelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer