C'est l'heure d'investir, dit le caucus régional

Les députés libéraux William Amos (Pontiac), Stéphane Lauzon... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Les députés libéraux William Amos (Pontiac), Stéphane Lauzon (Argenteuil-La Petite-Nation), Steve MacKinnon (Gatineau) et Greg Fergus (Hull-Aylmer).

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

L'heure est aux investissements, pas aux compressions. Sur ces mots, les quatre députés fédéraux de l'Outaouais ont voulu lancer un message d'espoir, mardi, lors de leurs consultations prébudgétaires.

«Le gouvernement Harper nous a légué une économie plus anémique qu'on le croyait en octobre. Le Canada va donc faire face à de nombreux défis, mais on va répondre à cette pause économique. L'heure est aux investissements», a indiqué le député fédéral de Gatineau et président du caucus libéral de l'Outaouais, Steven MacKinnon.

Ce dernier s'est dit heureux de voir que les 26 intervenants socio-économiques invités avaient accepté de participer à la rencontre. «Il y a une soif pour se faire entendre dans le cadre de l'élaboration du premier budget du gouvernement Trudeau, dit-il. Nous sommes déterminés à faire entendre la voix de l'Outaouais pour que notre région obtienne sa part.»

Le président de la Chambre de commerce de Gatineau, Jean-Claude Des Rosiers, était présent pour parler des infrastructures, des exportations des entreprises d'ici, de même que des relations entre le gouvernement et la fonction publique. 

Avant la rencontre, il a expliqué que la longue campagne électorale de 78 jours a nui à l'économie de la région. «Plusieurs entreprises ont souffert et on commence seulement à voir des signes de reprise depuis décembre, a indiqué M. Des Rosiers. Quant à la fonction publique, il est important qu'il y ait une stabilité, mais aussi qu'il y ait une certaine équité. Que les offres salariales aux fonctionnaires soient faites de façon responsable, pour limiter l'écart avec le secteur privé.» 

Le député de Pontiac, William Amos, a insisté sur les pressants besoins sur les plans des infrastructures et de l'emploi dans le monde rural. Dans sa circonscription, plusieurs communautés s'appauvrissent. «Les besoins sont grands dans le rural. Il est important de le dire et de le faire comprendre.» Il a d'ailleurs déjà rencontré plusieurs intervenants en prévision du budget. 

Faire des choix difficiles

Après une journée de discussions, le député MacKinnon a indiqué que les grandes orientations du gouvernement semblent rallier les intervenants. Il faudra maintenant faire des choix difficiles. 

Entre 10 et 20 projets plus spécifiques pourraient être réalisables, peu importe l'issue du budget. Un rapport Outaouais sera remis au ministre des Finances, en prévision de ce premier budget du gouvernement Trudeau. 

Les discussions ont eu lieu en privé pour permettre à tout le monde de s'exprimer librement, a expliqué le député MacKinnon. 

Une autre rencontre avec le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, est aussi prévue mercredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer