Mulcair n'a jamais envisagé de démissionner

Thomas Mulcair devra faire face à un vote... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Thomas Mulcair devra faire face à un vote de confiance au congrès du NPS en avril prochain.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Thomas Mulcair affirme qu'il n'a jamais envisagé de démissionner comme chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), malgré les résultats décevants aux dernières élections générales.

Le caucus du NPD se réunira mardi pour deux jours à Montebello, afin de préparer la reprise des travaux parlementaires à Ottawa.

En point de presse lundi, M. Mulcair s'est dit rempli d'énergie après la pause des Fêtes et prêt à demander des comptes au gouvernement libéral, spécialement en matière d'inégalités.

Il a toutefois dû répondre à de nombreuses questions touchant son leadership, puisqu'il devra faire face à un vote de confiance au congrès de sa formation à Edmonton, en avril. Il a répété qu'il ne présumait de rien, mais qu'il avait l'impression d'avoir un appui important auprès des membres.

«Je vais continuer de travailler fort, pour obtenir autant d'appuis que je le peux de notre base. Je sais que le soutien peut être là, je sens qu'il y est, mais je ne prends rien pour acquis, que ce soit au caucus, dans les instances du parti ou auprès des membres», a-t-il insisté.

Il a toutefois refusé de mentionner quel pourcentage du vote des membres serait acceptable à ses yeux pour qu'il reste chef du deuxième parti d'opposition.

Quelques voix se sont élevées récemment, critiquant le travail de M. Mulcair ou de son entourage. L'ex-députée de Gatineau, Françoise Boivin, a notamment critiqué la garde rapprochée du chef néo-démocrate pour sa gestion de l'épineux dossier du niqab (voir autre texte).

 «C'est normal que les gens ressentent de la frustration et de la peine. Je le comprends. Je les comprends, a-t-il soutenu. Mon devoir maintenant, comme chef du parti, c'est d'aller chercher cette énergie, d'aller chercher les enseignements de la dernière campagne électorale - et il y en a beaucoup à aller chercher - et de le transformer en énergie positive en vue de la prochaine campagne.»

Le NPD y a perdu 51 députés en octobre dernier. 

Malgré cela, M. Mulcair prétend n'avoir jamais songé à quitter le leadership. 

«Pas du tout. Ce n'est pas mon genre», a-t-il lancé.

Le chef veut que Boivin reste

Thomas Mulcair souhaite que Françoise Boivin se représente... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Thomas Mulcair souhaite que Françoise Boivin se représente et reste impliquée au sein du NPD. 

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Thomas Mulcair n'en veut pas à l'ancienne députée de Gatineau, Françoise Boivin, malgré les propos qu'elle a tenus à la suite de sa défaite électorale. 

Au contraire, le chef néo-démocrate l'invite à rester au sein du parti, à s'impliquer et se représenter lors de la prochaine élection fédérale.

Lors d'une récente entrevue radiophonique au FM 104,7, l'ancienne députée de Gatineau avait parlé des erreurs commises par le parti pendant la dernière campagne électorale, notamment dans l'affaire du niqab. 

«J'ai lu attentivement ce que Françoise a réellement dit et ce qu'on en avait fait, c'était deux. Françoise est une femme passionnée, une amie qui aura toujours mon soutien. Je souhaite vivement qu'elle se représente et qu'elle reste impliquée au sein du parti», a commenté M. Mulcair, lundi.

«C'est une femme que je suis tellement fier d'avoir eue comme collègue. Je souhaite qu'elle reste comme amie, comme collègue et proche», a ajouté M. Mulcair. «Les remarques qu'elle a faites reflètent une envie qu'on fasse mieux la prochaine fois. Et qui peut reprocher à quelqu'un de si bien travailler, mais qui a eu la déception d'une perte. Je la comprends parfaitement.»

Avec Paul Gaboury, LeDroit

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer