Oléoducs: le ministre Carr veut agir vite, mais bien

Le nouveau ministre fédéral des Ressources naturelles reconnaît l'urgence... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruce Cheadle
La Presse Canadienne

Le nouveau ministre fédéral des Ressources naturelles reconnaît l'urgence d'acheminer par oléoduc davantage de pétrole vers les côtes, pour exportation, mais ce dossier semble devenir de plus en plus complexe, surtout pour un gouvernement libéral.

Un jugement rendu cette semaine en Cour suprême de Colombie-Britannique et les hésitations du gouvernement de cette province dans le dossier n'augurent rien de bon pour la construction de deux oléoducs vers la côte du Pacifique.

«L'une des principales responsabilités du gouvernement fédéral consiste à aider à mettre les ressources naturelles sur le marché, ce qui n'est possible que si nous obtenons la confiance nécessaire du public en répondant aux préoccupations environnementales, autochtones et locales», lit-on dans le mandat du ministre James Carr.

Il devra aussi «moderniser l'Office national de l'énergie afin que sa composition reflète les points de vue des régions et qu'il ait suffisamment d'expertise dans les domaines de la science de l'environnement, du développement communautaire et du savoir ancestral autochtone».

«Croyez-moi: personne ne se traîne les pieds», a assuré le nouveau ministre lors d'une entrevue cette semaine à Winnipeg. «Nous saisissons parfaitement toute l'importance de cette époque [...] et je comprends aussi les opportunités qui s'offrent à nous. Alors, nous travaillons très fort, partout au gouvernement, et nous sommes déterminés à faire les choses correctement mais assez rapidement.»

Les libéraux ont déjà indiqué cette semaine qu'ils souhaitaient accélérer la mise en oeuvre du vaste programme d'investissements dans les infrastructures, afin de relancer une économie qui tourne au ralenti. Au même moment, ils hésitent toujours à donner le feu vert à des projets privés d'oléoducs qui sont prêts à démarrer.

Libre-échange avec la Chine?

Par ailleurs, des médias ont soutenu cette semaine que la Chine serait prête à négocier un accord de libre-échange avec le Canada - un rêve cher aux libéraux - si Ottawa acceptait qu'on achemine par oléoduc davantage de pétrole vers les côtes, pour exportation.

Tout concourrait donc à accroître la pression sur les libéraux pour qu'ils accomplissent ce que les conservateurs, pourtant proches de l'industrie des combustibles fossiles, n'ont pu réussir en 10 ans. Mais les libéraux se sont aussi présentés en campagne électorale comme des défenseurs de l'environnement et des consultations publiques.

«Il importe d'agir aussi rapidement que possible, tout en faisant preuve de responsabilité - en consultant ceux qui sont prêts à faire "sortir" les ressources naturelles du Canada de façon durable», a rappelé le ministre Carr, ancien président du Conseil des chefs d'entreprises du Manitoba.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer