Françoise Boivin panse ses plaies

L'ex-députée Françoise Boivin poursuit toujours sa réflexion quant... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

L'ex-députée Françoise Boivin poursuit toujours sa réflexion quant à son avenir.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Affirmant avoir tout donné à la politique, Françoise Boivin commence à peine à reprendre contact avec son monde. Elle poursuit toujours sa réflexion quant à son avenir à la suite de sa défaite électorale du 19 octobre dernier.

Dans une entrevue diffusée mercredi midi à l'émission Solide comme le Roch, sur les ondes radiophoniques du 104,7 FM Outaouais, l'ex-députée néo-démocrate de Gatineau à la Chambre des communes a raconté comment sa défaite l'avait frappée de plein fouet.

«J'avais l'impression que mon implication ferait en sorte que je l'emporterais. J'aurais parié ma chemise sur ma victoire, car c'était le comté le plus safe de la province. Ce fut un coup direct dans le coeur», a expliqué celle qui commence à peine à se remettre de sa défaite aux mains du libéral Steve MacKinnon.

Désabusée, Mme Boivin affirme qu'elle a eu du mal à accepter le fait que d'avoir tout donné, tout fait pour représenter ses concitoyens, n'avait rien changé au résultat final. En politique, le travail n'est pas toujours gage de réussite, a-t-elle dû reconnaître.

«Juste aller faire de la politique pour faire de la politique de merde, ça ne me tente pas.»

Françoise Boivin
ex-députée fédérale de Gatineau

«Depuis l'âge de 10 ans, c'était mon focus. Mes gestes étaient faits en fonction d'aller représenter les gens. Juste aller faire de la politique pour faire de la politique de merde, ça ne me tente pas», a-t-elle répondu à l'animateur Roch Cholette. 

Le soir de sa défaite, elle avait dit qu'elle se retirait de la politique. Depuis, certains gens d'affaires en font une candidate potentielle pour la mairie de Gatineau. L'ancienne députée dit toutefois vouloir penser à elle et n'entend plus laisser son sort entre les mains des autres.

Avocate de profession, elle reste membre du Barreau, mais l'écriture, la télévision ou la radio sont des options qu'elle n'écarte pas. Toujours en vacances sous le soleil, Mme Boivin dit profiter du temps qui lui est accordé «sans avoir le sentiment de culpabilité d'avoir manqué quelque chose».

Mme Boivin a refusé toute entrevue avec les autres médias, dont LeDroit, du moins jusqu'à lundi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer