Un «ballot de paille» pour le député Fergus

Un ballot de paille a été déposé par... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Un ballot de paille a été déposé par des organismes de lutte à l'itinérance devant l'édifice de la Confédétation, où se trouve le bureau du député de Hull-Aylmer, Greg Fergus.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Menacés par des réductions budgétaires imminentes, des représentants de plusieurs organismes de lutte à l'itinérance de l'Outaouais sont venus lancer un «cri du coeur», lundi à Ottawa, en déposant un ballot de paille devant l'édifice de la Confédétation où se trouve le bureau du député de Hull-Aylmer, Greg Fergus.

Par ce geste symbolique, les responsables de Logemen'occupe, Mon Chez Nous et les Oeuvres Isidores Ostiguy ont voulu envoyer un message aux députés libéraux pour rappeler qu'ils ne souhaitent pas se retrouver «sur la paille» au cours des prochaines semaines et couper des services auprès des personnes vulnérables itinérantes qu'ils desservent.

En plein processus d'appel d'offres pour les projets de 2016-2019, 40% des sommes disponibles doivent répondre à l'approche appelée du «Housing first», qui ne correspond pas au modèle développé dans la région de l'Outaouais et au Québec depuis plusieurs années. 

«Cette approche va même mettre en péril des projets bien implantés dans des logements communautaires comme ceux de Mon Chez Nous et des Oeuvres Isidores Ostiguy», a expliqué François Roy, coordonnateur de Logemen'occupe.

Le groupe d'une quinzaine de personnes a tenté d'entrer à l'intérieur de l'édifice de la Confédération pour aller remettre le ballot au bureau du député Fergus. Mais un gardien leur a demandé de rester à l'extérieur de l'immeuble. 

Un représentant du député Fergus a accepté de prendre la paille et a indiqué à M. Roy qu'une rencontre doit avoir lieu au cours de la journée entre le député Fergus et le ministre Duclos. Il lui a promis de donner des nouvelles plus tard.

Deux jours avant la date limite 

Les organismes avaient rencontré le député Greg Fergus le 25 novembre dernier, pour lui demander d'intervenir rapidement auprès du ministre responsable du programme Stratégie des Partenariats de Lutte à l'Itinérance (SPLI), afin qu'il reporte la date limite du 9 décembre fixée pour le dépôt des projets. 

Ce report devait leur permettre de rencontrer le ministre dans l'espoir de l'inciter à respecter les engagements pris par le Parti libéral. Mais ils n'avaient pas eu de nouvelles concernant leur demande.

Pendant la dernière campagne électorale, les libéraux s'étaient engagés à augmenter le financement à la lutte à l'itinérance et de revenir à une approche basée sur les besoins des collectivités locales qui avait été mise à l'écart par le gouvernement conservateur en basant sa stratégie de partenariat sur le «Housing first».

M. Roy a rappelé que le budget fédéral de 790 000$ pour les projets de l'Outaouais n'a jamais été indexé depuis 2000. De plus, la nouvelle approche axée sur le «Housing first» d'abord va exclure plusieurs personnes et familles en limitant l'aide à des personnes seules qui ont eu recours à des refuges pendant la dernière année.

De plus, a expliqué Nathalie Sauvé, directrice de Mon Chez Nous, une partie des fonds du programme SPLI sera désormais consacrée à des logements privés, ce qui viendra amputer les projets qui pourront être mis de l'avant par Mon Chez Nous ou les Oeuvres Isidores Ostiguy.

«Nous avons dû faire une ponction importante dans nos demandes. Mais les propriétaires privés de logements sont bien gentils, mais ils ne sont pas vraiment intéressés, alors nous risquons de perdre ce financement», a indiqué Mme Sauvé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer