Le NPD prêt pour la nouvelle saison parlementaire

Le chef néo-démocrate Tom Mulcair et sa femme... (Ryan Remiorz, PC)

Agrandir

Le chef néo-démocrate Tom Mulcair et sa femme Catherine

Ryan Remiorz, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Terry Pedwell
La Presse Canadienne

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) amorcera la 42e législature du Parlement du Canada avec un peu moins de la moitié des députés qu'il avait au moment du déclenchement des élections fédérales en août.

Même si elle a été reléguée au rang de troisième parti par les électeurs, la formation politique est toutefois prête à prendre un nouveau départ, à se reconstruite et à demander des comptes au gouvernement libéral majoritaire de Justin Trudeau.

Erin Weir, l'une des 16 nouvelles recrues néo-démocrates, estime que son rôle en tant que député ressemblera beaucoup à celui qu'il a joué durant la campagne électorale: plaider en faveur de la relance de l'économie canadienne et la protection de l'environnement.

À cela s'ajoute une autre responsabilité d'une grande importance: requinquer le parti en prévision du prochain scrutin.

Ce processus exigera notamment d'évaluer les forces du caucus néo-démocrate actuel et de tirer des leçons de la dernière campagne, un exercice qui s'avérera sans doute douloureux.

Selon M. Weir, les libéraux ont réussi à supplanter les néo-démocrates en tant qu'agents de changement aux yeux de l'électorat. Il a cependant ajouté que, maintenant que le Parti libéral était au pouvoir, il devrait tenir ses promesses sous peine de se faire rappeler à l'ordre par le NPD.

Avec 44 sièges à la Chambre des communes, les néo-démocrates affichent encore une belle diversité sur le plan démographique. Près de la moitié d'entre eux sont d'âge moyen, soit entre 30 et 49 ans, et la vaste majorité est âgée entre 30 et 64 ans.

De plus, environ 41% des députés du NPD sont des femmes contre seulement 26% pour l'ensemble des 338 sièges des Communes.

Par contre, la nouvelle cuvée néo-démocrate a quelques faiblesses côté géographie et minorités visibles.

Elle ne compte en effet aucun représentant provenant du Canada atlantique et du Nord. Et même si le NPD a présenté plus de candidats autochtones que tous les autres partis, seulement deux d'entre eux ont été élus. Enfin, la formation politique n'a que deux députés qui pourraient être classés dans la catégorie des minorités visibles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer