Pas de «vétuste» 24 Sussex pour les Trudeau

Érigée en 1866, la résidence officielle du premier... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Érigée en 1866, la résidence officielle du premier ministre du Canada, située au 24 Sussex, compte 34 pièces.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le premier ministre désigné Justin Trudeau a renoncé à habiter la résidence de son enfance, le «vétuste» 24 Sussex à Ottawa, le temps d'y faire les rénovations de plusieurs millions de dollars jugées nécessaires depuis plusieurs années.

Dans une entrevue accordée vendredi à la radio de la CBC à Fredericton, la mère de Justin Trudeau, Margaret Trudeau, a indiqué que son fils et sa famille n'iraient pas tout de suite au 24 Sussex.

«Non, ils n'iront pas, a déclaré l'ex-première dame canadienne. Le 24 Sussex doit être rénové depuis que j'y ai habité il y a 40 ans. Il faut faire des travaux majeurs et ils n'ont pas encore été faits. Ils vont vivre ailleurs, sans décoration, sans artifice, tant que la résidence ne sera pas réparée.»

Invité à commenter ces propos de la mère du premier ministre désigné, un porte-parole de l'équipe Trudeau a indiqué que la décision concernant le déménagement au 24 Sussex n'est pas encore prise, mais qu'elle ne saurait tarder.

«Aucune décision n'a été prise à ce stade-ci. Nous en sommes encore à l'étape des briefings, et une décision sera prise sous peu. Notre priorité demeure l'assermentation du nouveau conseil des ministres le 4 novembre et d'assurer une transition ordonnée», a indiqué Daniel Lauzon, des relations médias au Parti libéral du Canada.

Vendredi, dans un communiqué, la Commission de la capitale nationale, responsable des résidences officielles, a fait savoir que «le premier ministre désigné et sa famille seront logés dans un environnement confortable et approprié pendant que les détails relatifs à la résidence du 24 Sussex sont finalisés».

D'importants travaux nécessaires

Stephen Harper et sa famille n'ont jamais voulu quitter le 24 Sussex pour permettre les travaux de 10 millions $ jugés nécessaires et urgents en 2008 par la vérificatrice générale du Canada, Sheila Fraser. Au contraire, M. Harper a même affirmé que la résidence était dans un «état convenable» et qu'elle répondait aux besoins de sa famille, des propos qui contrastaient avec ceux des locataires précédents, les libéraux Jean Chrétien et Paul Martin, qui se plaignaient du chauffage en hiver et de la chaleur en été.

Dans un rapport déposé en mai 2008, la vérificatrice générale Sheila Fraser avait recommandé que la résidence maintenant vieille de 147 ans, jamais rénovée depuis 50 ans, soit refaite de fond en comble.

Dès 2006, la facture des travaux à faire oscillait autour de 10 millions $ et on prévoyait de 15 à 24 mois pour les réaliser. «Il serait difficile de faire ces travaux si la famille reste, notamment en raison de la présence d'amiante», avait mentionné Mme Fraser, qui avait quand même tenu à préciser que la résidence ne posait pas de problème pour la sécurité de ses occupants.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer