Trudeau pressé d'accélérer le pas pour Keytstone XL

L'oléoduc Keystone XL, long de 3461 km, relierait... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

L'oléoduc Keystone XL, long de 3461 km, relierait les exploitations de sable bitumineux de l'Alberta aux raffineries situées sur la côte du Texas.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Un dirigeant à la retraite du constructeur d'oléoducs TransCanada affirme que le projet Keystone XL pourrait être sauvé si le premier ministre désigné, Justin Trudeau, agit rapidement sur la question des changements climatiques.

Dennis McConaghy, qui était responsable de dénicher de nouveaux emplacements d'oléoducs chez TransCanada, croit que d'imposer une taxe sur le carbone est la dernière option valide pour le Canada s'il souhaite faire avancer le dossier de l'oléoduc transfrontalier transportant des hydrocarbures.

Dans un récent billet de blogue publié pour le Niskanen Center - un groupe de réflexion libertarien -, M. McConaghy écrit que l'échec du gouvernement précédent à cet égard représentait une occasion ratée pour les conservateurs, mais il espère que les libéraux vont voir les choses autrement.

Le président américain Barack Obama a précisé qu'il ne permettrait pas au projet de huit milliards de dollars américains de se matérialiser s'il avait des effets négatifs sur l'environnement.

Des études environnementales du département d'État américain n'ont pas signalé d'impacts majeurs, mais M. McConaghy indique que cela n'a pas semblé convaincre M. Obama.

M. McConaghy, qui a quitté TransCanada l'année dernière, estime qu'il est très frustrant de voir le projet Keystone XL être empêtré dans un processus de réglementation depuis plus de sept ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer