PTP: les facteurs inquiets pour Postes Canada

Le Partenariat transpacifique comporte des dispositions qui risquent de... (Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse)

Agrandir

Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le Partenariat transpacifique comporte des dispositions qui risquent de compromettre la viabilité du service postal public du Canada ou d'ouvrir la porte à la privatisation de Postes Canada, soutient le Syndicat des travailleurs et travailleurs des postes (STTP).

Le gouvernement n'a toujours pas publié le texte du Partenariat transpacifique, et il est donc impossible d'en connaître les détails, souligne le président du STTP, Mike Palecek. Il affirme que les informations obtenues de cet accord sont préoccupantes pour l'avenir du service postal.

«Les renseignements sur les sociétés d'État dont nous avons pris connaissance ont de quoi nous préoccuper, affirme M. Palecek. Selon ces renseignements obtenus par le STTP, Postes Canada sera soumise à une réglementation limitant ses options pour étendre ses services. Si cette réglementation est semblable à celle pratiquée par d'autres pays, elle profitera au secteur privé et empêchera Postes Canada de diversifier ses activités à un moment où elle doit justement étendre ses services pour assurer sa survie», craint le dirigeant syndical.

Services bancaires

Depuis déjà un certain temps, le STTP a suggéré à Postes Canada d'offrir des services bancaires dans le but de hausser ses revenus, comme c'est le cas dans plusieurs pays. Mais cette proposition n'a pas été retenue dans le plan mis de l'avant par la société pour restructurer ses activités, qui inclut la fin du service de livraison à domicile.

«Étant donné l'antipathie des conservateurs pour le service postal public, nous avons raison de nous inquiéter», souligne le président du STTP.

Selon M. Palecek, le gouvernement Harper «n'avait aucun droit de conclure cet accord commercial» en pleine campagne électorale, alors que la sauvegarde du service postal public est un enjeu majeur.

Le STTP réclame donc un débat public sur le Partenariat transpacifique et ses conséquences. «Nous n'avons pas besoin d'un accord commercial secret qui risque de porter atteinte à la démocratie et aux services publics», selon M. Palecek.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer