Monument aux victimes du communisme: des critiques dès le plan initial

Le monument, dont le plan a été révisé,... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le monument, dont le plan a été révisé, occupera maintenant seulement le tiers du site et non 60% comme il était prévu au début et sa hauteur a été diminuée de moitié.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jim Bronskill
La Presse Canadienne

Un comité fédéral a fustigé le plan initial du monument commémoratif aux victimes du communisme, censé être érigé à Ottawa, le qualifiant de «néfaste à la dignité» de la colline du Parlement.

Selon des documents obtenus en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, un comité de la Commission de la capitale nationale (CCN) a exprimé des réserves il y a un an sur le projet quant à son emplacement, sa conception et son coût.

Il critiquait également la sécurité de la structure, surtout avec les conditions glissantes en hiver à Ottawa, et le «symbolisme négatif» émanant du monument.

D'autres documents révèlent que les coûts estimés du projet - qui sont couverts par le gouvernement fédéral et des fonds privés - ont presque doublé à environ 6 millions $ au mois janvier de cette année.

Ces informations démontrent pourquoi la commission a annoncé en mai que le plan du monument serait revu dans sa conception, notamment quant à sa grosseur qui sera plus modeste.

Le gouvernement conservateur appuie fortement la construction du monument qui vise à rendre hommage aux plus de 100 millions de victimes des régimes communistes. Il gère le projet au nom de l'organisme Tribute to Liberty.

L'initiative a suscité une levée de bouclier quant à sa conception, perçue comme austère, et son emplacement, qui devrait selon plusieurs être réservé à la construction de la Cour fédérale.

Une poursuite intentée par des architectes et un groupe communautaire a d'ailleurs été mise en attente jusqu'à ce que le plan final du projet ait été approuvé.

Il était de notoriété publique que le comité fédéral était préoccupé par le projet, mais les comptes rendus des rencontres démontrent que ses membres n'appréciaient pas du tout son plan tel qui allait finalement être choisi.

L'entreprise torontoise Abstrakt Studio Architecture avait présenté un monument avec une série de «pics» représentant les 100 millions de victimes. De loin, l'ensemble était censé ressembler à une murale de cadavres.

Le monument, dont le plan a été révisé, occupera maintenant seulement le tiers du site et non 60% comme il était prévu au début et sa hauteur a été diminuée de moitié.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer