Jeune réfugié noyé: «une journée noire pour le Canada», dit Dewar

«Ce fut une journée noire pour le Canada, mercredi, quand nous avons vu cette... (Associated Press)

Agrandir

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Ce fut une journée noire pour le Canada, mercredi, quand nous avons vu cette image.»

L'image dont parle le porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière d'affaires étrangères, Paul Dewar, a fait le tour du monde depuis 24 heures. C'est celle d'un jeune réfugié syrien de 3 ans mort échoué sur une plage en Turquie. Aylan Kurdi et sa famille tentaient de fuir la guerre civile en Syrie, mais ils se sont noyés dans le naufrage d'un bateau. Le corps de son frère aîné, Ghalib, 5 ans, ainsi que celui de sa mère ont aussi été retrouvés sur le rivage. Seul le père a survécu.

«Ce fut une journée très difficile», a avoué le député Dewar.

La photo a particulièrement créé une onde de choc pour une famille de la Colombie-Britannique.

«J'ai parlé à mon collègue Fin Donnelly tard mercredi soir, qui m'a informé qu'une résidante de sa circonscription était la tante du défunt jeune enfant. Nous avons aussi établi que le ministre (de l'Immigration Chris) Alexander avait été mis au courant de ce dossier en mars dernier par M. Donnelly. Le ministre Alexander l'a assuré qu'il examinerait cette situation. Or, rien ne s'est produit», déplore M. Dewar.

Selon Teema Kurdi, la demande d'asile a été refusée en juin par le ministère, a rapporté le quotidien Ottawa Citizen qui s'est entretenu avec la tante en question.

«Comme tous les Canadiens, j'ai été profondément attristé par cette photo et les nombreuses autres images des souffrances des migrants syriens et irakiens qui fuient la persécution du soi-disant État islamique», a fait savoir M. Alexander dans une déclaration diffusée jeudi matin.

M. Dewar exige toutefois que ce dernier rende des comptes aux Canadiens, lui qui s'est rendu à Ottawa en catastrophe jeudi matin afin de s'occuper de cette crise.

«Le ministre Alexander a pris la bonne décision de suspendre sa campagne électorale, mais il doit adresser cette situation. Il doit aussi identifier clairement la position du Canada quant à l'accueil des réfugiés syriens. Ce gouvernement a échoué lamentablement (au fil des ans)», pointe-t-il du doigt.

Le député d'Ottawa-Centre rappelle que les Nations Unies avaient demandé au Canada, l'an dernier, d'ouvrir ses portes à 10 000 réfugiés syriens d'ici deux ans.  

«Le ministre prétend qu'il y en a 2500 ici maintenant et le gouvernement avance qu'il s'engagera à en accueillir 10 000 (NDLR, en fait 11 300) sur trois ans. Il faut vraiment arrêter de jouer avec les chiffres, car cela coûte des vies. Un tel enjeu a toujours uni les gens, les partis politiques et les politiciens. J'espère que c'est ce qui se produira, a plaidé M. Dewar [...] Le Canada peut faire beaucoup mieux que 2500 réfugiés syriens depuis quatre ans.»  

À cet effet, le NPD propose un plan concret pour venir en aide aux réfugiés syriens. Il suggère d'augmenter le personnel diplomatique et d'immigration afin d'accélérer le traitement des demandes des réfugiés et ainsi enlever les obstacles bureaucratiques en place. 

«Nous allons commencer par accueillir 10 000 réfugiés syriens d'ici la fin de l'année, soutient M.Dewar. Cette tragédie humaine est inacceptable et elle a assez duré. Le Canada doit agir maintenant.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer