Les conservateurs boudent Watson

Le maire d'Ottawa, Jim Watson.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire d'Ottawa, Jim Watson.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Aucun des neuf candidats conservateurs de la grande région de la capitale nationale n'a accepté l'invitation du maire d'Ottawa Jim Watson mardi matin afin de discuter des enjeux locaux dans le cadre de la campagne électorale fédérale.

«Les conservateurs ne se sont pas présentés aujourd'hui, mais le ministre Pierre Poilievre m'a personnellement appelé à la toute dernière minute pour s'excuser. Il m'a assuré qu'une nouvelle rencontre serait organisée d'ici deux semaines, a commenté M. Watson mardi. 

«Je crois que s'il ne m'avait pas appelé aujourd'hui, j'aurais eu une réaction différente.»

Cet appel est survenu après que le maire ait annoncé sur Twitter que les conservateurs «n'avaient malheureusement pas répondu à leur invitation ou avait annulé leur participation.» Le gazouillis a créé une onde de choc et d'opposition  sur la toile de la part de nombreux citoyens. 

«Semble-t-il qu'il y a eu un malentendu ou un manque de clarté de leur part», a expliqué M. Watson. 

Or, le bureau du maire avait pris soin de bien informer tous les candidats de cette réunion. Une première invitation a été envoyée par courriel le 6 août dernier. Une deuxième a suivi le 21 août et une troisième trois jours plus tard. «Plusieurs appels» ont aussi été effectués pendant cette période, précisant même que les candidats pouvaient envoyer un membre de leur personnel.

«J'étais déçu parce que nous avions trois confirmations, ensuite deux, ensuite une et finalement aucune. Nous jugeons que nous avons été très clairs quant à l'heure et la date de la rencontre. Évidemment, il y a eu un malentendu de leur part et nous acceptons cela.»

Damian Konstantinakos, dans Ottawa-Centre, ainsi que Walter Pamic, dans Kanata-Carleton se sont désistés, en raison d'un conflit avec leur travail du secteur privé tandis que le candidat de Glengarry-Prescott-Russell, Pierre Lemieux, n'avait confirmé que provisoirement. 

Le maire Watson offre actuellement l'occasion aux quatre partis fédéraux principaux de prendre le pouls des enjeux locaux dans le cadre de la campagne électorale fédérale. Les libéraux et les membres du Parti vert ont fait salle comble au cours des derniers jours et le maire s'attend au même scénario des néo-démocrates la semaine prochaine. Il attend le résultat de deux investitures, tenues ce soir, avant de confirmer la date.

«J'espère que l'ensemble des conservateurs sera présent à la prochaine réunion», a signalé le maire.

.  .

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer