Le grand bal des pancartes est lancé

Le candidat du Bloc québécois dans Gatineau, Philippe... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le candidat du Bloc québécois dans Gatineau, Philippe Boily, est le premier à avoir affiché les couleurs de son parti.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les incontournables pancartes électorales ont fait leur apparition en Outaouais.

Le candidat du Bloc québécois dans la circonscription de Gatineau a été le premier à afficher les couleurs de son parti. Pour l'instant, libéraux et néo-démocrates du comté de Gatineau n'ont pas l'intention d'entrer dans la danse, préférant suivre le plan établi.

Le Bloc a mis un genou à terre lors des élections de 2011, faisant élire une poignée de députés au Québec. Mais le parti souverainiste n'est pas mort et s'est depuis relevé grâce à ses militants. C'est le message qu'a voulu lancer à la population le candidat bloquiste dans la circonscription de Gatineau, Philippe Boily, en étant le premier à installer des affiches électorales en Outaouais.

Accompagné de huit militants, M. Boily a passé une partie de la soirée de mercredi à installer ses pancartes le long du boulevard Maloney. «On veut montrer à la population qu'on a une équipe forte et organisée et qu'on est prêts», affirme M. Boily, qui considère néanmoins les affiches comme de la «pollution visuelle».

Sur les pancartes génériques, on peut lire le slogan «Signe de fierté» sur un drapeau du Québec.

Les pancartes personnalisées des candidats n'ont pas encore été produites. Les photos officielles des aspirants députés seront prises dans «les prochains jours», dit M. Boily.

La députée sortante de Gatineau, la néo-démocrate Françoise Boivin, n'a pas l'intention de déroger à son plan, même si ses bénévoles «trépignent d'impatience» à l'idée de tapisser le secteur de bannières orangées.

«On ne veut pas écoeurer le monde avec ça», martèle Mme Boivin, ajoutant qu'elle attendra après la longue fin de semaine de la fête du Travail avant de se faire plus visible. «De toute façon, je ne crois pas qu'on gagne une élection avec des pancartes. Et ce n'est pas parce que d'autres le font que je vais le faire. Je ne suis pas du genre mouton.»

Le candidat libéral Steve MacKinnon compte pour l'instant se concentrer sur le porte-à-porte. Il donne peu de détails sur le moment lors duquel il accrochera ses affiches. «Ce sera prochainement, mais pas en réaction à ce que les autres font», s'est-il contenté de dire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer