La campagne électorale est déclenchée

Stephen Harper s'adresse aux médias à la sortie... (Blair Gable, Reuters)

Agrandir

Stephen Harper s'adresse aux médias à la sortie de sa rencontre avec le gouverneur général du Canada, David Johnston, durant laquelle les élections générales ont été déclenchées.

Blair Gable, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lina Dib
La Presse Canadienne
Ottawa

Stephen Harper déclenche la plus longue campagne électorale de l'histoire moderne du Canada. À 11 semaines, la campagne fédérale sera deux fois plus longue et probablement deux fois plus chère que la dernière.

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, a prononcé... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit) - image 1.0

Agrandir

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, a prononcé un discours à Gatineau après l'allocution de Stephen Harper.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Gilles Duceppe a rencontré les médias à Montréal... (Graham Hughes, La Presse Canadienne) - image 1.1

Agrandir

Gilles Duceppe a rencontré les médias à Montréal suite au déclenchement des élections.

Graham Hughes, La Presse Canadienne

En sortant de chez le gouverneur général à qui il venait de demander de dissoudre le Parlement, le chef conservateur a tenté de justifier son choix d'une campagne de 78 jours.

«Les autres partis ont déjà commencé leur campagne (...) C'est essentiel que nous utilisions nos propres fonds (...), pas des fonds parlementaires, pas des fonds gouvernementaux mais des fonds des partis eux-mêmes», a-t-il répondu à répétition aux cinq journalistes qui ont eu le droit de lui poser des questions.

«M. Harper nous a menti carrément. Il va se faire rembourser 50 pour cent de ses dépenses», a lancé le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe, quelques minutes plus tard.

D'ici le vote du 19 octobre, chaque parti politique aura le droit de dépenser 675 000$ par jour, chaque candidat 2 700$ par jour. Environ la moitié de cette somme sera remboursée aux partis et aux candidats par les contribuables canadiens.

Dans les bureaux du Bloc québécois à Montréal, M. Duceppe a manifestement lancé le signal que c'était fini, les gants blancs.

À l'autre bout du pays, à Victoria, la leader du Parti vert du Canada, Elizabeth May disait à Stephen Harper qu'il devrait «avoir honte» de faire payer aux Canadiens des dizaines de millions de dollars de plus que nécessaire pour l'exercice électoral.

Plus près d'Ottawa, le chef néo-démocrate Thomas Mulcair a souligné le lancement de la campagne électorale derrière le Musée de l'histoire, à Gatineau, le parlement lui servant de décor, de l'autre côté de la Rivière des Outaouais. Il ne s'est pas montré plus tendre avec son rival conservateur et a même réussi à écorcher subtilement son rival libéral.

«Les Canadiens méritent un premier ministre qui a l'expérience et le leadership nécessaire pour réparer les dommages causés par Stephen Harper», a déclaré M. Mulcair qui s'en est tenu à une déclaration officielle et n'a pas répondu aux questions des journalistes.

Le chef libéral Justin Trudeau doit lancer sa... (Justin Tang, La Presse Canadienne) - image 2.0

Agrandir

Le chef libéral Justin Trudeau doit lancer sa campagne à Vancouver au courant de l'après-midi.

Justin Tang, La Presse Canadienne

Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, devait lancer sa campagne en fin de matinée à Vancouver. En attendant, son parti a publié un communiqué le citant.

«Alors que les Canadiennes et Canadiens de la classe moyenne ont peine à joindre les deux bouts, le plan de M. Harper octroie des milliards en avantages aux plus riches et ne fait rien pour aider les Canadiennes et Canadiens à améliorer leur sort. Thomas Mulcair, de son côté, ne propose aucune solution pour l'économie et soutient de façon irresponsable le plan de M. Harper de donner plus d'argent aux millionnaires», peut-on lire dans le communiqué libéral.

Le 19 octobre, les Canadiens éliront 338 députés fédéraux. C'est 30 de plus qu'en 2011, la carte électorale ayant été redessinée. Au Québec, ce sera 78 circonscriptions plutôt que 75.

A la dissolution de la Chambre, les conservateurs comptaient 159 députés, le NPD, 95, le Parti libéral 36, le Bloc québécois 2, les Verts 2, Forces et Démocratie 2. Il y avait aussi 8 indépendants et 4 sièges vacants.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer