Monument aux victimes du communisme: la CCN traînée en cour

Le gouvernement Harper souhaite voir le monument érigé... (Photo La Presse canadienne)

Agrandir

Le gouvernement Harper souhaite voir le monument érigé sur un terrain vacant adjacent à la Cour suprême du Canada sur la rue Wellington, tout juste à l'ouest de la colline du Parlement.

Photo La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La saga entourant le futur Monument aux victimes du communisme vient de prendre un nouveau tournant. Un groupe composé notamment d'architectes et de l'organisation Patrimoine Ottawa entame un recours en justice contre la Commission de la capitale nationale (CCN).

Les plaignants dans cette affaire - les architectes Barry Padolsky et Shirley Blumberg, Patrimoine Ottawa et l'Institut royal d'architecture du Canada - estiment que la CCN contrevient à la Loi sur la capitale nationale en préparant le site du monument avant que le design de celui-ci soit complété.

Rappelons que le Monument aux victimes du communisme serait construit dans la cité judiciaire, soit sur le terrain de la Cour suprême du Canada, au nord de la rue Wellington.

La Loi sur la capitale nationale forcerait la CCN à tenir des consultations publiques et obtenir des appuis importants pour le design du monument avant que le choix de l'emplacement ne soit officialisé, selon les plaignants.

«On ne parle pas d'un sondage ou d'un concours de popularité. C'est vraiment une question de procédures, on veut que de réelles consultations aient lieu.»

David Jeanes
président de Patrimoine Ottawa

Selon M. Jeanes, construire le monument dans la cité judiciaire irait à l'encontre du plan de développement adopté par la CCN et le fédéral au cours des dernières années, un plan adopté à l'issue de nombreuses consultations.

«On espère que les tribunaux forceront la CCN à tenir ces consultations, mais surtout, nous croyons que ça donne une opportunité de reconsidérer la décision», soutient David Jeanes.

Un peu comme la position adoptée par le conseil municipal de la Ville d'Ottawa, les plaignants ne dénoncent pas la signification du monument, mais plutôt son emplacement.

Patrimoine Ottawa propose notamment de construire le monument commémoratif aux victimes du communisme dans le Jardin des provinces et des territoires (situé à quelques pas de la cité judiciaire).

«Nous n'avons rien contre le monument», insiste M. Jeanes.

Ce dernier indique que Patrimoine Ottawa s'est joint aux actions de l'Institut royal d'architecture du Canada et d'architectes de la capitale pour faire respecter la Loi sur la capitale nationale. Il soutient aussi que son organisation discute régulièrement avec ces partenaires, ce qui a facilité le regroupement dans ce dossier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer