La bonne volonté, Hudak y croit peu

Tim Hudak... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Tim Hudak

Etienne Ranger, LeDroit

Partager

Les expressions de bonne volonté des aspirants à la chefferie libérale de l'Ontario à l'égard des partis d'opposition majoritaires à Queen's Park manquent de sincérité, aux yeux du chef progressiste-conservateur Tim Hudak.

«S'ils veulent vraiment travailler avec l'opposition, qu'ils demandent la réouverture de l'Assemblée législative dès demain. Nous devrions être en train de siéger», a pesté le chef de l'opposition au Droit, jeudi.

Les travaux à Queen's Park sont prorogés depuis l'annonce de la démission imminente du premier ministre Dalton McGuinty, à la mi-octobre. Les portes du parlement provincial ne rouvriront pas avant l'élection d'un nouveau chef libéral, qui deviendra «de facto» premier ministre, fin janvier.

Quatre des six candidats à la chefferie libérale Gerard Kennedy, Glen Murray, Sandra Pupatello et Kathleen Wynne se sont dits prêts à trouver des terrains d'entente avec l'opposition, afin d'éviter la tenue d'élections au printemps.

«Nous accumulons les dettes et nous perdons de bons emplois. C'est important, plus que jamais, que les leaders mettent de nouvelles idées sur la table. Il faut qu'ils relèvent leurs manches et se remettent au travail. Alors si (les candidats à la chefferie libérale) sont sincères, qu'ils réclament au premier ministre McGuinty de rouvrir les portes de l'Assemblée législative», s'est impatienté M.Hudak, de passage à Ottawa jeudi.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer