Gerard Kennedy se lance

Gerard Kennedy... (Photo: Reuters)

Agrandir

Gerard Kennedy

Photo: Reuters

Partager

Le «joker» est dans la course. L'ex-ministre Gerard Kennedy a officialisé sa candidature à la chefferie du Parti libéral de l'Ontario, lundi, portant à cinq le nombre d'aspirants à la succession de Dalton McGuinty.

Les politologues considèrent M. Kennedy comme le «joker» parce que sa candidature risque de brouiller les cartes lors du congrès d'investiture du prochain chef libéral, fin janvier. Il est le seul candidat de renom à ne pas avoir fait partie du gouvernement McGuinty durant ses deuxième et troisième mandats à Queen's Park. Il n'est donc pas directement associé aux scandales de CyberSanté, d'ORNGE ni de l'annulation de deux projets de centrale électriques au gaz, à Mississauga et Oakville.

M. Kennedy, 52 ans, promet d'ailleurs de diriger les troupes libérales avec «une nouvelle approche» s'il est élu chef. D'emblée, cet ex-ministre de l'Éducation dit vouloir changer de ton à l'égard des employés de la fonction publique de l'Ontario, en particulier les enseignants qui font les frais de la loi spéciale 115 gelant leurs salaires pour deux ans.

Il s'agit d'une troisième course au leadership pour M. Kennedy, qui a fait connaître ses intentions, tôt lundi, sur les ondes de la chaîne de télévision torontoise CP24. Il avait d'abord croisé le fer avec Dalton McGuinty lors de la dernière course à la chefferie des libéraux ontariens, en 1996. Dix ans plus tard, il a tenté sa chance du côté des libéraux fédéraux, se rangeant au final derrière Stéphane Dion.

M. Kennedy a été élu pour la première fois à Queen's Park en 1996 lors d'une élection partielle. Il a été critique de l'opposition en matière de Santé jusqu'à ce son parti prenne le pouvoir, en 2003. Il est alors devenu ministre de l'Éducation. Il a quitté son poste en 2006 pour briguer la chefferie libérale fédérale. Il a été député fédéral de la circonscription torontoise de Parkdale-High-Park de 2008 à 2011, perdant son siège aux mains du NPD. Il est présentement directeur d'une banque alimentaire.

Les députés Glen Murray, Charles Sousa et Kathleen Wynne ont abandonné leur ministère respectif pour devenir candidats à la succession de M. McGuinty, au cours des dernières semaines. L'ex-ministre Sandra Pupatello s'est lancée dans la course après avoir oeuvré dans le secteur privé pendant un an. Le Dr Eric Hoskins, un autre ministre démissionnaire, doit officialiser sa candidature à la chefferie, mardi.

Les militants libéraux doivent élire leur prochain chef lors d'un congrès d'investiture, du 25 au 27 janvier, à Toronto.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer