Sandra Pupatello est officiellement candidate

Sandra Pupatello... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Sandra Pupatello

Photo archives La Presse Canadienne

Partager

Sandra Pupatello est officiellement candidate à la chefferie du Parti libéral de l'Ontario. L'ex-ministre a annoncé son retour dans l'arène politique provinciale, jeudi matin, promettant de mettre l'accent sur la création d'emplois si elle est élue à la tête de son parti, fin janvier.

La politicienne de la région de Windsor est la troisième candidate officielle à la succession du premier ministre Dalton McGuinty, après ses anciens collègues Glen Murray et Kathleen Wynne.

Mme Pupatello, 50 ans, a dirigé le ministère des Services sociaux et communautaires, le ministère de l'Éducation et le ministère du Développement économique avant de tirer sa révérence, l'an dernier. Elle est depuis à l'emploi de la firme d'experts-conseils PricewaterhouseCoopers.

Si elle est élue, Mme Pupatello promet de faire de l'emploi son «mantra» et de diriger la province de manière frugale et transparente.

«J'ai passé les meilleures années de ma vie en tant que ministre du Développement économique, durant cinq ans. J'ai voyagé à travers le monde pour vendre le potentiel de l'Ontario. C'est dans ce poste que je me suis le plus épanouie. J'ai eu la chance de raconter l'histoire de l'Ontario. Je pouvais dire aux leaders de l'industrie partout dans le monde qu'ils avaient la possibilité de faire de bonnes affaires en Ontario», a déclaré Mme Pupatello lors d'un point de presse à Toronto.

La candidate de Windsor a aussi tendu la main aux leaders de l'opposition à Queen's Park, promettant d'«accepter leurs bonnes idées» pour faire fonctionner le gouvernement minoritaire dont les libéraux ont hérité lors des dernières élections. «Mon message est qu'il faut créer des emplois. Je pense que les deux autres (partis de l'opposition) vont vouloir marcher avec moi», a-t-elle insisté dans un français à consonance italienne.

Si elle remporte la chefferie, Mme Pupatello songe à se faire élire à l'Assemblée législative avant la reprise des travaux parlementaires, qui sont prorogés dans l'attente d'un successeur à M. McGuinty. Son voisin de longue date, Dwight Duncan, pourrait lui laisser son siège dans Windsor-Tecumseh. Le ministre des Finances a déjà donné son appui à la candidate, en plus d'annoncer sa retraite après les prochaines élections.

Mme Pupatello a aussi l'appui de son ex-collègue Bob Chiarelli, ministre régional d'Ottawa, et de l'ex-ministre libéral fédéral Herb Gray, ancien député de Windsor-Ouest, pour qui elle dit avoir travaillé dès l'âge de 14 ans.

Le ministre Charles Sousa pourrait abandonner son portefeuille des Affaires civiques et de l'Immigration d'ici la fin de la semaine afin de se lancer à son tour dans la course. L'ex-banquier de 54 ans est député de Mississauga-Sud depuis cinq ans. Il a aussi été ministre du Travail et ministre du Développement économique.

L'ex-ministre Gerard Kennedy serait toujours en réflexion. Le Dr Eric Hoskins et Harinder Takhar, deux ministres juniors, songeraient eux aussi à leur avenir politique.

Les militants libéraux doivent élire leur prochain chef lors d'un congrès d'investiture, du 25 au 27 janvier, à Toronto.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer