142 Millions $ de plus pour Phénix

Le député de Gatineau et secrétaire parlementaire de... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Le député de Gatineau et secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Steven MacKinnon

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Ottawa a décidé de prendre les grands moyens pour tenter de solutionner les problèmes du système de traitement de paie Phénix en injectant une somme supplémentaire de 142 millions $ au cours des deux prochaines années. Au total, la facture pour régler le fiasco Phénix devrait dépasser la barre des 400 millions $, alors que le nouveau système annoncé en 2010 par le gouvernement Harper devait coûter 310 millions $.

Le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement et député de Gatineau, Steven MacKinnon, a confirmé mercredi que la somme additionnelle de 142 millions $ sera consacrée au personnel et à la technologie du système.

Cet argent neuf permettra notamment l'embauche d'au moins 200 nouveaux agents de rémunération pour accroître la capacité au Centre de traitement de la paie de Miramichi, au Nouveau-Brunswick. Ils viendront s'ajouter aux 300 employés déjà embauchés pour gérer la crise dans les centres satellites mis en place dans plusieurs villes du pays.

Au plus fort de la crise, jusqu'à 82 000 fonctionnaires fédéraux ont été touchés à des degrés divers. Certains n'ont pas reçu suffisamment d'argent, d'autres trop, et certains n'étaient pas payés du tout. Une situation qui a parfois perduré pendant des mois. 

«Nous corrigeons les erreurs du passé et nous mettons les services de paie de la fonction publique sur la voie de la durabilité en investissant dans le personnel, la technologie et les services nécessaires», a indiqué M. MacKinnon en conférence de presse.

Cette enveloppe de 142 millions $ s'ajoute aux 50 millions $ déjà investis en 2016-2017, notamment pour créer des bureaux satellites, et les 210 millions $ d'économies sur trois ans qui ne seront pas réalisées. Au total, la facture pour corriger Phénix coûtera plus de 92 millions $ de plus que ce qui était prévu initialement.

«Nous sommes contents que le gouvernement consacre 142 millions $ en ressources pour corriger les problèmes. Mais c'est malheureusement 142 millions $ que les contribuables devront payer», a commenté Stéphane Aubry, vice-président national de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada.

À la recherche de 200 employés 

Le député MacKinnon a surtout mis le blâme sur l'ancien gouvernement conservateur, affirmant que Phénix était une «manifestation» des problèmes qui surviennent avec la rhétorique de «couper dans le gras». Une fois élu, le gouvernement libéral n'a pas eu le choix de continuer avec Phénix, au printemps 2016, parce que 700 postes avaient été abolis et qu'il était devenu impossible d'utiliser l'ancien système en raison de ces départs.

«C'est très important de savoir pourquoi nous en sommes arrivés là, a expliqué M. MacKinnon. Il y a eu des erreurs de conception et d'implantation. Ce que nous voulons faire maintenant, c'est de rebâtir la capacité.»

Le greffier du Conseil privé, Michael Wernick, a lancé une invitation à tous les employés de niveau CR-4 et plus, il y a quelques jours, pour aider à régler les problèmes. Ils seront affectés «de six semaines ou pendant quelques mois» au Centre de Miramichi ou à Halifax, Montréal, Ottawa-Gatineau, Toronto, Winnipeg, Shawinigan, Edmonton et Vancouver.

«Plus le temps passe, et plus l'image projetée risque de nuire, estime M. Aubry. Lorsque nos membres ont été invités à corriger les problèmes, il y a quelques mois, seulement une dizaine ont répondu et cinq ou six ont passé les étapes. Nous n'avons pas fait de suivi depuis. Ça risque d'être difficile d'attirer du personnel. On n'est pas encore sorti du bois, surtout avec les ajustements salariaux de plusieurs groupes importants qui s'en viennent.» 

Avec La Presse canadienne




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer