Des «congés payés» pour les fonctionnaires sinistrés

Le vice-président exécutif de l'AFPC, région de la... (Martin Roy, Archives Le Droit)

Agrandir

Le vice-président exécutif de l'AFPC, région de la capitale nationale, Larry Rousseau

Martin Roy, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crue historique en Outaouais
Crue historique en Outaouais

Tout sur la crue historique de 2017 »

Paul Gaboury
Le Droit

Les employés fédéraux sinistrés de Gatineau et Ottawa pourraient avoir droit à un « congé payé » en raison des inondations.

Les conventions collectives de la fonction publique fédérale prévoient une clause qui permet à un employé d'être en congé payé lorsque des circonstances hors de son contrôle l'empêchent de se présenter au travail.

« L'employeur peut, à sa discrétion, accorder un congé payé lorsque des circonstances qui ne sont pas directement imputables à l'employé-e l'empêchent de se rendre au travail ; ce congé n'est pas refusé sans motif raisonnable », peut-on lire dans la convention collective des employés fédéraux du groupe Programme et administration, le plus important de la fonction publique fédérale.

Le vice-président exécutif régional de l'Alliance de la fonction publique du Canada, Larry Rousseau, confirme qu'une telle clause est en vigueur et que son syndicat fera tout en son pouvoir pour que ses membres sinistrés puissent bénéficier d'un congé payé pendant les moments difficiles auxquels ils font face.

« Nous avons bien l'intention de nous battre pour défendre le droit de nos membres sinistrés à avoir droit à un tel congé payé. S'il le faut, on déposera des griefs. Il s'agit bien d'un cas de force majeure, et c'est évident que plusieurs employés ne peuvent se présenter au travail en raison de circonstances très difficiles pour eux. Nous allons demander au Conseil du Trésor qu'une telle directive soit émise, et elle devrait s'appliquer à tous les fonctionnaires sinistrés », a plaidé M. Rousseau, jeudi.

Le Conseil du trésor invite les employés et les gestionnaires à discuter d'options en matière de congé ou de modalités de travail souples en guise de mesures d'accommodements. 

«Les employés touchés par les inondations et qui ont besoin de congés supplémentaires peuvent faire une demande de congé 'pour d'autres motifs'. Les gestionnaires sont responsables de l'approbation des demandes de congé de leurs employés selon les dispositions énoncées dans les conventions collectives et les conditions d'emploi» a indiqué en début de soirée jeudi Alain Belle-Isle, porte-parole du SCT.

D'autre part, les employés sous contrat avec le gouvernement qui ne peuvent se rendre au travail devraient également demeurer en communication avec leur gestionnaire ou leur superviseur afin de discuter de modalités de travail souples, ou de la possibilité de rattraper le temps pendant lequel ils ont été absents, à la fin de leur contrat.

Enfin, tous les employés fédéraux, incluant les étudiants et les employés occasionnels, seront rémunérés pour les journées de lundi et mardi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer