Phénix: des progrès et des questions sans réponses

La sous-ministre Marie Lemay a assuré que les... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

La sous-ministre Marie Lemay a assuré que les cadres séniors en charge du projet Phénix n'ont pas eu droit à leur prime de rendement.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Un « petit nombre » de hauts gestionnaires directement responsables du système de paie Phénix devront attendre les conclusions d'une révision interne pour savoir s'ils toucheront ou non leur prime au rendement.

La sous-ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Marie Lemay, a dû répondre à plusieurs questions touchant la prime de rendement des 340 cadres qui se seraient partagé 4,8 millions $ pour la période du 1er avril 2015 au 31 mars 2016. La moyenne de ces primes, versées en décembre au lieu de l'été 2016 en raison des ratés de Phénix, s'élève à 14 199 $, selon le document fourni en réponse à la question d'un député de la Chambre des communes. 

« Les cadres séniors en charge du projet Phénix n'ont pas eu droit à leur prime de rendement », a assuré Mme Lemay.

« Les cadres qui ont eu leur prime sont des cadres à des niveaux inférieurs et qui ne sont pas nécessairement sur le projet. (...) Un pourcentage (d'entre eux) a touché au projet, et les responsables n'ont pas touché leur prime. »

Pas de réponse  

Lors d'une mise à jour, mercredi, les responsables du ministère des Services publics et de l'Approvisionnement n'ont pas donné plus de détails que le récent budget Morneau sur le financement des mesures pour corriger le système Phénix. Les syndicats fédéraux réclamaient une caisse de 75 millions $ pour les urgences et la formation. Déjà, le ministère a consacré 50 millions $ dans la dernière année fiscale pour des mesures extraordinaires, ce qui n'inclut pas les sommes dépensées par tous les ministères fédéraux pour résoudre la crise et qui demeurent inconnues. 

« Nous sommes en train de travailler pour voir combien il faudra consacrer, et le budget n'est pas la seule façon d'y arriver. Les syndicats ont été entendus, et nous espérons donner plus de détails bientôt. Ce ne sera pas tellement long. L'important, c'est l'engagement pris pour résoudre les problèmes », a indiqué Mme Lemay.

« Depuis février, des progrès ont été réalisés. Tel que prévu, les efforts ont permis d'atteindre l'état de stabilité pour les demandes liées aux congés parentaux. Depuis le 9 mars, 95 % des transactions respectent la norme de service de 20 jours. L'état de stabilité devrait être atteint à la fin avril », a expliqué la sous-ministre Lemay.

Le nombre de mouvements non traités qui dépassent les normes de service atteint encore 284 000, moins 16 000 transactions de nominations intérimaires qui n'ont pas encore été fermées dans Phénix, si bien qu'il en reste réellement 268 000.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer