Dans la tourmente, la présidente de l'ACEP pourra rester en poste

La présidente de l'Association canadienne des employés professionnels,... (Archives, Le Droit)

Agrandir

La présidente de l'Association canadienne des employés professionnels, Emmanuelle Tremblay

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Dans la tourmente depuis plusieurs mois, la présidente de l'Association canadienne des employés professionnels, Emmanuelle Tremblay, pourra finalement rester en poste jusqu'à la fin de son mandat en décembre prochain.

À la suite d'un vote - exigé par 140 membres - demandant sa destitution en février 2016, l'ensemble des membres étaient appelés à voter. 

Sur les 1768 membres qui se sont prononcés, 907 ou 51% ont demandé sa destitution. 

Il aurait fallu que les deux tiers des membres ayant participé à ce vote se prononcent en faveur pour qu'elle soit destituée.

« Je suis heureuse de constater que toute cette saga entreprise l'an dernier, et qui était basée sur de nombreuses allégations non fondées, prend fin avec le vote des membres. J'espère désormais que mes opposants vont accepter le verdict des membres, mettre fin à leur campagne de dénigrement et travailler à remettre les préoccupations des membres de notre syndicat au coeur de leur action », a réagi la présidente Tremblay, par voie de communiqué.

Votes sur les ententes de principe

Par ailleurs, les membres des groupes des économistes (EC) et celui des traducteurs (TR) ont entériné avec de fortes majorités les ententes de principe conclues en décembre et janvier dernier avec le Conseil du Trésor. Les 2737 membres du groupe EC qui se sont prononcés ont voté à 97 % en faveur, alors que les 234 membres groupe TR l'ont entériné à 96 %.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer