Un «plan pour renverser la vapeur» au Bureau de la traduction

La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement,... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Judy Foote

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Un an après le cri d'alarme lancé par les traducteurs, la ministre fédéral des Services publics et de l'Approvisionnement, Judy Foote, a finalement annoncé jeudi son plan visant à renforcer et redorer le blason du Bureau de traduction (BT) afin qu'il reprenne sa place comme « centre d'excellence ».

Devant le comité des langues officielles, la ministre Foote a fait amende honorable en admettant que sa première réponse au rapport du comité des langues officielles n'était pas à la hauteur et qu'elle ne répondait pas aux nombreuses inquiétudes soulevées par tous les intervenants qui ont exprimé de vives inquiétudes sur l'avenir du BT.

« The sky is the limit »

« Lorsque j'ai rencontré les responsables du Bureau de la traduction pour étudier la situation, je leur ai dit : "The sky is the limit" », a déclaré la ministre Foote.

Après plusieurs mois de réflexion, le plan a pris forme : l'arrivée prochaine d'un nouveau dirigeant avec un nouveau mandat, l'embauche d'un directeur de la qualité, le retour à l'embauche notamment chez les étudiants dans le cadre du programme Coop et l'annulation de l'appel d'offres pour des services d'interprètes basé sur le prix le plus bas.

La ministre a aussi écrit à son collègue Scott Brison afin qu'il accepte de rendre « obligatoire » pour tous les ministères fédéraux le recours aux services de traduction du BT, qui gère présentement 80 % du volume des besoins de traduction du gouvernement. Sa réponse pourrait venir dans le cadre de la révision du règlement sur les langues officielles actuellement en cours. 

La ministre a toutefois écarté la proposition du comité de remettre la responsabilité du BT à un autre ministère, comme celui du Patrimoine canadien qui a déjà la responsabilité des langues officielles.

Après des années de compressions et d'abolitions, le BT a recommencé à embaucher avec 12 nouveaux employés cette année. Le plan prévoit aussi l'embauche de 50 étudiants par année au cours des 5 prochaines années dans les programmes de traduction de 11 universités dont l'Université d'Ottawa, et l'Université du Québec en Outaouais. « Ce qui est important, c'est que nous avons décidé de renverser la vapeur, avec une nouvelle gestion basée sur la qualité et la relève avec 50 étudiants qui seront embauchés par année », a insisté le député de Gatineau, Steven MacKinnon, le nouveau secrétaire parlementaire de la ministre Foote.

Les députés de tous les partis ont bien accueilli ce plan de la ministre Foote, soulignant qu'il démontre la volonté du gouvernement de remettre le Bureau de la traduction sur la voie de l'excellence, incluant le critique néo-démocrate François Choquette, instigateur de cette étude du comité sur le BT avec le libéral Mauril Bélanger, député maintenant décédé.

Malgré les bonnes nouvelles, le député Choquette avait toutefois plusieurs inquiétudes sur la mise en oeuvre de ce plan qui laisse plusieurs questions en suspens, incluant sur le nombre de traducteurs du BT.

« D'après ce que j'ai compris, on continue à diminuer le nombre d'employés. Le BT a perdu 450 traducteurs au cours des dernières années, et on nous dit avoir embauché 12 personnes cette année. Toutes ces coupures ont eu et continuent à avoir une influence négative sur le moral des employés et sur l'expertise et la qualité des services offerts », a indiqué le député Choquette.

La décision de la ministre Foote d'annuler l'appel d'offres à commandes, déjà remis à plusieurs reprises, a été un soulagement pour les interprètes. « La ministre l'a renvoyé aux calendes grecques et nous sommes très heureux. Nous avons toujours défendu l'idée que nos services spécialisés ne peuvent être accordés sur la base du prix le plus bas », a fait valoir Nicole Gagnon, de l'Association internationale des interprètes de conférences-Canada qui compte plus de 200 membres au pays. 




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer