Phénix: des avances salariales pour des employés

« C'est une douce victoire même si les problèmes... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

« C'est une douce victoire même si les problèmes avec le nouveau système de paie Phénix persistent», a indiqué la présidente de l'IPFPC, Debi Daviau.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le gouvernement fédéral accepte d'élargir les pouvoirs discrétionnaires des administrateurs généraux de la fonction publique afin qu'ils puissent verser des avances salariales aux employés rencontrant divers problèmes liés au système de paie Phénix, tel que l'a réclamé à la mi-janvier la présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), Debi Daviau.

Jusqu'à maintenant, seuls les fonctionnaires qui ne recevaient pas de paie pouvaient obtenir une avance salariale de la part des ministères ou organismes fédéraux.

Le 12 janvier dernier, la présidente de l'IPFPC exigeait que le gouvernement accepte de mettre sur pied un système de paie parallèle pour aider les employés ayant des problèmes leur causant des difficultés financières. 

« C'est une douce victoire même si les problèmes avec le nouveau système de paie Phénix persistent. Nous savions qu'élargir les critères d'avance de salaire d'urgence à tous les cas d'employés qui connaissent des difficultés financières suite aux ratés de Phénix était la façon la plus efficace de combler les sommes dues par leur employeur. Maintenant, nous devons nous assurer que le traitement est juste et équitable pour tous les employés ayant un manque à gagner salariale », a indiqué au Droit Mme Daviau.

Des avances de salaire d'urgence (ASU) sont utilisées pour fournir aux nouveaux employés et à ceux qui reviennent d'un congé non payé une avance salariale jusqu'à ce que leur dossier de paie dans Phénix puisse être mis à jour. Les paiements prioritaires sont utilisés pour les employés qui reçoivent déjà une paie mais qui, pour une raison quelconque, n'ont pas reçu le plein montant qui leur est dû.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer