Centraide Outaouais: Phénix nuit à la cause

La directrice générale de Centraide Outaouais, Nathalie Lepage,... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

La directrice générale de Centraide Outaouais, Nathalie Lepage, en compagnie de Lise Paradis, directrice exécutive du Gîte Ami, un des 70 organismes qui reçoivent de l'aide.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

À mi-chemin de sa campagne, Centraide Outaouais a atteint 80 % de son objectif de 4 725 000 $. Mais il reste encore beaucoup à faire pour atteindre le but d'aider 65 800 personnes fragilisées, alors que les responsables ont eu à faire face à une situation exceptionnelle : la « colère » des fonctionnaires fédéraux, dont les dons représentent habituellement plus de la moitié des contributions.

« Phénix est une situation hors norme, imprévue et exceptionnelle, sur laquelle nous n'avons pas emprise », a expliqué la directrice générale de Centraide Outaouais, Nathalie Lepage, lors du bilan de mi-campagne tenu mardi dans les locaux du Gîte Ami, un des 70 organismes qui reçoivent de l'aide.

Au total, ce sont plus de 5 000 fonctionnaires fédéraux qui n'auraient pas renouvelé leur contribution via le prélèvement automatique. Les contributions atteignent présentement 86 % de l'objectif fixé pour la fonction publique, alors que la campagne a été prolongée de deux mois dans les ministères et organismes fédéraux en raison de la situation créée par Phénix.

« La campagne auprès des fonctionnaires se termine toujours au début décembre. Mais cette année, elle est prolongée jusqu'à la fin du mois de janvier. Puisque c'est une portion importante, plus de la moitié de notre campagne, c'est une bonne nouvelle pour nous », a indiqué Mme Lepage.

Cette dernière a rappelé que tous ceux qui travaillent à la campagne reconnaissent l'importance d'atteindre l'objectif. 

« Du début à la fin, nous sommes constamment habités par un sentiment d'urgence. Il y a 70 organismes qui dépendent de notre financement. La survie de certains d'entre eux étant même menacée si nous devions diminuer les fonds. Au coeur de notre action, il y a les personnes dans le besoin. L'urgence de manger, de se loger ou de se soigner après une agression sexuelle, voilà leur quotidien », a rappelé la directrice générale de Centraide Outaouais.

Le président de la campagne, Michel Picard, a insisté pour demander un effort supplémentaire de tout le monde, pour atteindre l'objectif d'aider 65 400 personnes fragilisées.

« Il y a péril en la demeure. Actuellement, nous sommes à 80 % de notre objectif, ce qui représente le filet minimum pour aider des organismes qui pourront venir en aide à 52 318 enfants, adolescents, adultes et aînés fragilisés. Mais il reste encore plus de 13 000 personnes. Si on veut les aider, et faire une différence dans leur vie, il ne faut pas lâcher », a indiqué M. Picard, lançant un défi aux propriétaires de petites et moyennes entreprises, et à tous ceux qui le peuvent, de faire un effort supplémentaire.

Centraide Ottawa

Du côté de Centraide Ottawa, Carole Gagnon, vice-présidente du Développement des ressources, a indiqué que la campagne, qui s'étend de septembre à mars, est à 67 % de l'objectif de 15,2 millions $. La portion « fonction publique » est actuellement à 86 % des 6 millions prévus cette année, alors que celle de la communauté est à 56 % des  9,2 millions anticipés, une situation relativement normale puisque la campagne n'a pas commencé dans certains milieux.

« Phénix a peut-être fait craindre des fonctionnaires de contribuer par prélèvement automatique. C'est ce qu'on entend. Nous sommes quand même encouragés par nos chiffres. Il faudra attendre les résultats à la fin pour vraiment connaître l'impact », a indiqué Mme Gagnon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer