Phénix: Trudeau doit faire plus, estime l'IPFP

Debi Daviau est présidente de l'Institut professionnel de la... (Martin Roy, Archives Le Droit)

Agrandir

Debi Daviau est présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada.

Martin Roy, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le mea culpa du premier ministre Justin Trudeau au sujet des déboires du système de paie Phénix n'a rien changé pour la présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique, Debi Daviau, qui continue de réclamer une solution afin que des chèques d'urgence soient versés à tous les fonctionnaires qui se butent encore aux ratés du système.

« Même si j'apprécie le fait que le PM Justin Trudeau admette que son gouvernement n'a pas accordé toute l'attention nécessaire aux problèmes de paie générés par le nouveau système Phénix, je constate toutefois que la ministre Foote en charge de cette importante question ne semble pas comprendre les raisons qui nous motivent à demander un système élargi d'émissions de chèques pour défrayer les sommes manquantes à la paye des employés fédéraux lésés », a indiqué vendredi Mme Daviau, dans un courriel au Droit.

Cette dernière a profité de l'occasion pour inviter le premier ministre Trudeau et la ministre Judy Foote à venir discuter à fond des problèmes liés à Phénix. Jeudi, la dirigeante syndicale avait réclamé que le gouvernement crée un système de paie qui permettrait de verser des chèques d'urgence aux employés rencontrant des difficultés financières, et non seulement à ceux qui ne recçoivent pas de chèque de paye comme ce serait le cas présentement.

« Je serais plus qu'heureuse de rencontrer le premier ministre et la ministre Foote pour leur donner l'heure juste sur cet important problème pour nous et nos membres, et les convaincre que l'approche que nous proposons est la solution à portée de main la plus efficace qui s'offre à nous. Bien sincèrement, mes membres attendent depuis déjà trop longtemps. »

Le président du Conseil du Trésor, Scott Brison, n'a toujours pas réagi à la demande de l'Institut, son bureau ayant indiqué qu'on s'en tenait à la réponse donnée jeudi au Droit par le ministre Foote, responsable de Phénix. En novembre dernier, le ministre Brison avait indiqué, devant plus de 400 délégués syndicaux de l'Institut professionnel réunis en congrès à Gatineau, que le gouvernement devait tirer des leçons de Phénix pour ne pas répéter les mêmes erreurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer