Plusieurs postes clés doivent être comblés

Le processus « ouvert et transparent » pour pourvoir les... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Le processus « ouvert et transparent » pour pourvoir les nombreux postes de chefs d'organisme de sociétés d'État ralentit l'arrivée de nouveaux dirigeants.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Ottawa est à la recherche de candidats pour combler plusieurs fonctions clés, incluant des postes de commissaires et présidents de conseil au sein de divers organismes et sociétés de l'administration fédérale.

En 2016, le gouvernement Trudeau a mis en place un nouveau processus, qualifié « d'ouvert et transparent », pour ces nominations par décret du gouverneur en conseil, sur recommandation du Conseil privé, pour plus de 2000 différents postes de chefs d'organismes, de premiers dirigeants de sociétés d'État et de membres de tribunaux quasi judiciaires. 

Les processus de sélection concernant les nominations à des postes clés, incluant les chefs d'organismes, les présidents de sociétés d'État et les agents du Parlement sont coordonnés, au nom du Cabinet du premier ministre, par le Secrétariat du personnel supérieur et des projets spéciaux, lequel est rattaché au Bureau du Conseil privé. 

Pour toutes les autres nominations, les ministres et le personnel de leur cabinet, appuyés par leur ministère, sont chargés de lancer les processus de sélection.

Un appel de candidatures pour le poste de commissaire aux langues officielles afin de trouver un successeur à Graham Fraser a été lancé en décembre. En attendant de lui trouver un successeur, le gouvernement a nommé Ghislaine Saikaley à titre de commissaire intérimaire, pour une période pouvant aller jusqu'à six mois.

Des commissaires à présidents de CA

Le processus a aussi été lancé pour trouver un nouveau commissaire au lobbying, poste dont l'échelle salariale varie entre 174 700 et 205 500 $. Ce poste relève du Conseil du Trésor.

Sous la responsabilité du ministre de l'Innovation, de la Science et du Développement économique, le gouvernement a lancé en décembre le processus pour nommer le tout premier conseiller scientifique en chef. 

La création de ce poste avait été une promesse faite par les libéraux pendant la dernière campagne électorale. Les candidats ont jusqu'au 27 janvier prochain pour faire connaître leur intérêt. Le salaire est « en révision ».

On y retrouve aussi le poste de commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique qui joue un rôle important de surveillance de la conduite des élus au Parlement. 

Par ailleurs, le poste de greffier de la Chambre des communes reste aussi à pourvoir. Les candidats ont jusqu'au 26 février pour se manifester. 

Le salaire varie de 196 600 à 231 200 $. 

Les postes de président de conseil d'administration du Musée canadien de l'histoire, du Musée des Beaux-Arts, du Musée canadien de la nature et du Musée canadien de la personne sont également à pourvoir. 

Ce sont des postes à temps partiel dont le salaire quotidien peut varier de 275 $ à 375 $ par jour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer