Une grève de 2 h 22 pour un écart de 22 %

Deux rassemblements avaient lieu à Gatineau, dont un... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Deux rassemblements avaient lieu à Gatineau, dont un au 160 boulevard de Hopital, où se trouve le bureau du député Marc Carrière.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Les 260 membres du Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) de la région de l'Outaouais sont descendus dans la rue, mardi matin, dans le cadre d'une grève légale de 2 h 22 pour appuyer leurs demandes en vue du renouvellement de leur contrat de travail.

« La grève de 2 h 22 a été déclenchée de 9 h 38 à midi pour souligner que les négociations s'étirent maintenant depuis deux ans, et qu'il existe un écart de 22 % en moyenne entre les salaires versés aux professionnels du gouvernement du Québec comparativement à ceux qui travaillent des autres administrations publiques au pays », a expliqué au Droit Sylvain Campeau, représentant pour la section Outaouais du SPGQ.

Des manifestations avaient lieu partout dans la province, incluant deux rassemblements à Gatineau devant l'édifice Jos-Monferrand, et en face du l'immeuble où se trouve le bureau du député Marc Carrière, devant le 160, boulevard de l'Hôpital.

Les représentants du SPGQ, qui compte 17 000 membres à travers le Québec, ont déposé en même temps une lettre à une vingtaine de députés libéraux demandant au gouvernement de donner un nouveau mandat à ses négociateurs dans le but de résoudre l'impasse.

Avec d'importants surplus budgétaires dans les coffres de l'État québécois pour 2016-2017, le gouvernement doit sans tarder réinvestir dans les conditions de travail de ses experts, soutient le SPGQ dans sa lettre aux députés libéraux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer