À la recherche d'un commissaire aux langues officielles

Graham Fraser quittera ses fonctions dans un peu... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Graham Fraser quittera ses fonctions dans un peu plus d'un mois.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

À un peu plus d'un mois du départ prévu de Graham Fraser, le Bureau du Conseil privé vient finalement d'afficher le poste de commissaire aux langues officielles. Les intéressés ont jusqu'au 2 décembre pour faire connaître leur intérêt pour ce poste  dont le salaire annuel est de 314 000 $, selon l'avis mis en ligne par le gouvernement fédéral.

En poste depuis 2006, le mandat de sept ans de M. Fraser avait été prolongé de trois ans par le gouvernement conservateur. Le commissaire Fraser devait donc quitter son poste à la mi-octobre, un départ qu'il planifiait depuis plus d'un an. Mais il a accepté une courte prolongation jusqu'à la mi-décembre, parce que le processus pour le remplacer n'avait pas encore été lancé par le gouvernement libéral.

« Le 16 décembre, le commissaire sera parti », a-t-on confirmé à son bureau, mardi. Le principe de l'alternance entre « francophone et anglophone » a été respecté jusqu'à maintenant pour ce poste.

Des rumeurs ont circulé cet automne au sujet des possibles candidatures de l'ancien ministre et professeur à l'Université d'Ottawa, Benoît Pelletier, et de François Boileau, commissaire aux services en français de l'Ontario. Contrairement à d'autres postes de hauts officiers gouvernementaux, les candidats doivent être « bilingues » au moment de leur nomination.

Le nouveau titulaire du poste aura du pain sur la planche puisque le commissaire Fraser a laissé derrière lui plusieurs dossiers d'importance à régler, incluant celui d'Air Canada, le transporteur aérien sur lequel il a rédigé un « rapport spécial » très critique avant de quitter. En juillet, il avait déjà écrit à son éventuel remplaçant qu'une « refonte majeure » du cadre législatif et réglementaire actuel était nécessaire pour les langues officielles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer