Davantage de sous-traitants au Bureau de la traduction

Une firme de consultants de Vancouver a été mandatée par le Bureau de la... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Une firme de consultants de Vancouver a été mandatée par le Bureau de la traduction (BT) afin de mener une étude sur l'industrie langagière, en prévision d'un recours accru à la sous-traitance de ses services linguistiques.

«Le Bureau de la traduction oeuvre au resserrement de ses liens avec l'industrie et, pour ce faire, il a besoin de données à jour et pertinentes pour mettre en oeuvre toute stratégie en ce sens», peut-on lire dans un document dont LeDroit obtenu copie. 

La firme R.A. Malatest y rappelle que le Bureau de la traduction fournit des services linguistiques à un large éventail de ministères, d'organismes et de sociétés d'État du gouvernement fédéral. Il ajoute que la stratégie vise à accroître encore davantage le recours aux services à l'externe.

« Grâce à ces données, le Bureau de la traduction pourra resserrer ses liens avec l'industrie et établir des stratégies visant à accroître l'"externalisation" des services linguistiques. Cette démarche permettra de favoriser l'utilisation des langues officielles et autochtones au Canada, étant donné que le Bureau de la traduction sera en mesure de mettre à profit la capacité de l'industrie afin de traduire davantage des documents qui revêtent un intérêt pour les citoyens du pays. »

Au ministère des Services publics et de l'Approvisionnement, LeDroit a tenté sans succès de savoir pourquoi une telle étude avait été commandée.

Depuis plusieurs mois, l'Association canadienne des employés professionnels, le syndicat des 800 traducteurs au Bureau de la traduction, dénonce les compressions et la disparition de 400 emplois de traducteurs depuis cinq ans, notamment en raison de la privatisation des services. En 2016-2017, quelque 140 autres postes de traducteurs seront perdus.

Dans un rapport unanime de tous les partis déposé en juin, le comité des langues officielles avait recommandé au gouvernement de modifier le modèle de gestion de «service spécial» imposé au Bureau de la traduction, et recommande de redonner au BT toutes les ressources nécessaires pour qu'il puisse retrouver l'expertise perdue et assurer la relève à long terme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer