Fiasco Phénix: un bureau de réclamations créé

Les fonctionnaires fédéraux peuvent demander le remboursement de frais... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Les fonctionnaires fédéraux peuvent demander le remboursement de frais financiers qu'ils ont dû encourir en raison des ratés du système de paye Phénix. Toutefois, le gouvernement ne sait pas encore comment il aidera les employés dont la cote de crédit personnelle a pu être affectée.

Le Secrétariat du Conseil du Trésor a mis sur pied un bureau de réclamations pour rembourser les employés, qui devront remplir un formulaire en ligne. 

Impossible pour l'instant de savoir quelles sommes devront être remboursées. Toutefois, on confirme que la création de ce bureau coûtera un million de dollars. Le ministère des Services publics et de l'Approvisionnement a déjà indiqué que 50 millions $ seront dépensés pour régler les problèmes de Phénix d'ici la fin de l'année.

Le formulaire de remboursement demande aux employés d'expliquer leur problème de paye. Puis, ils sont invités à décrire les dépenses engagées, en joignant les pièces justificatives. Les ministères pourront rembourser les sommes totalisant moins de 500$, alors que les autres devront passer par le Secrétariat du Conseil du Trésor.

Le gouvernement n'a pas encore dit comment il pourrait aider les employés dont la cote de crédit sera touchée par ces problèmes financiers liés aux ratés de Phénix, ce qui risque de nuire à leur capacité d'emprunt dans l'avenir. 

«C'est une bonne question, nous prenons note», a répondu Renée Lafontaine, sous-ministre au Secrétariat du Conseil du Trésor. Le gouvernement entend cependant intervenir pour s'assurer que la cote de sécurité de ses employés ne sera pas touchée par une mauvaise cote de crédit.

Manque de capacité des serveurs

Par ailleurs, la sous-ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Marie Lemay, a confirmé que la panne majeure survenue mardi avait été causée par un manque de capacité des serveurs.

La sous-ministre Marie Lemay (à droite)... (Justin Tang, Archives PC) - image 2.0

Agrandir

La sous-ministre Marie Lemay (à droite)

Justin Tang, Archives PC

Le ministère étudie avec Services partagés Canada comment il peut éviter de surcharger le système en procédant à ses opérations.

«Nous en faisons beaucoup actuellement, a indiqué Mme Lemay. Mais la situation n'est pas pire qu'elle ne l'était avant Phénix, alors que les systèmes tombaient aussi en panne. C'est une situation qui arrive et à laquelle nous devons nous adapter. Quand il s'agit de la paye de 300 000 employés, je peux vous dire que tout le monde prend la situation au sérieux.»

Dans sa mise à jour, la sous-ministre a expliqué que le nombre de cas «en arriéré» est passé de 82 000 à 57 500 employés. Elle est toujours confiante d'atteindre l'objectif du 31 octobre, malgré la panne générale du système qui a fait perdre plusieurs heures de travail, et qui a aussi touché le système des pensions.

Malgré tout, les fonctionnaires ont pratiquement tous été payés, exception faite de 47 des 300 000 employés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer