La facture du fiasco Phénix grimpe encore

La facture pour résoudre les problèmes du système de paye Phénix devrait... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

La facture pour résoudre les problèmes du système de paye Phénix devrait doubler et atteindre près de 50 millions $ d'ici la fin de l'année financière, dont six millions de dollars qui seront versés à IBM pour du soutien technique.

Ces coûts supplémentaires - pourtant estimés à 25 millions $ il y a deux semaines - viendront réduire d'autant les économies prévues de 70 millions $ cette année.

Cette somme comprend des ajouts de 6 millions $ au contrat de IBM, l'entreprise responsable du système Peoplesoft. Cela permettra notamment d'ajouter des ressources afin de veiller sur système 24 heures par jour, sept jours par semaine, et procéder à des travaux d'entretien hors des heures normales.

«IBM est un partenaire important dans cette initiative. L'entreprise n'est pas responsable des problèmes et respecte son contrat, dans lequel il y a des pénalités prévues. C'est plutôt l'adaptation des utilisateurs au système qui a été sous-estimée. S'il fallait faire les choses autrement, sans doute que nous le ferions. Mais pour le moment, nous travaillons à régler la situation», a expliqué la sous-ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Marie Lemay, mercredi.

Le budget révisé de 50 millions $ comprend aussi l'ajout de 250 employés temporaires dans les bureaux satellites pour permettre de régler les cas en arriéré et réduire la tâche de travail à Miramichi. Celui de Gatineau, qui compte déjà 121 employés, devrait en accueillir 36 autres prochainement. Des ressources en santé mentale ont aussi été ajoutées au Nouveau-Brunswick pour appuyer les employés.

D'ici la semaine prochaine, les fonctionnaires devraient être en mesure de remplir un formulaire pour réclamer les frais encourus en raison des problèmes de Phénix, des sommes qui s'ajouteront à leur tour à la facture de 50 millions $.

Pour l'instant, trois poursuites ont été déposées dans le cadre des ratés du système, notamment par l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC).

Environ 67 500 cas toujours en arriéré

Selon le dernier relevé de cas problèmes, quelque 67 500 employés continuent de recevoir une paie dont le montant est incorrect, alors que les équipes ont réglé 14 500 dossiers depuis le 18 juillet.

Un total de 59 employés n'ont pas reçu leur paye mercredi, comparativement à 69 le 24 août dernier. Il y a eu également 335 nouveaux cas problèmes visant des employés de retour d'un congé.

Pendant ce temps, environ 1200 appels sont acheminés chaque jour au centre d'appels, comparativement 1600 il y a deux semaines, a expliqué Mme Lemay. 

Le ministère maintient toujours qu'il souhaite régler les cas en arriéré d'ici le 31 octobre prochain. Il veut s'assurer que tout sera rétabli à temps pour la fin de l'année 2016, afin que les formulaires T-4 des employés soient remplis correctement.

Les équipes dans les bureaux satellites seront maintenues aussi longtemps qu'il le faudra pour atteindre l'état de stabilité recherchée, a expliqué la sous-ministre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer