Phénix: avances salariales encore difficiles à obtenir

Les syndicats déplorent que plusieurs membres éprouvent toujours... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Les syndicats déplorent que plusieurs membres éprouvent toujours des difficultés à payer leurs factures, leurs hypothèques et autres dépenses courantes.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Un syndicat déplore que les avances salariales d'urgence promises par le gouvernement fédéral en raison des ratés du système de paye Phénix ne sont pas accessibles pour beaucoup de fonctionnaires, et exige des mesures pour des chèques d'urgence puissent être signés manuellement par des gestionnaires dans les ministères.

Après plusieurs mois d'attente, les présidentes Robyn Benson et Debi Daviau, respectivement de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), ont pu rencontrer le 19 août la ministre Judy Foote, responsable des Services publics et Approvisionnement, qui pilote Phénix. 

Des excuses 

En plus des excuses demandées au gouvernement au nom des fonctionnaires, les dirigeantes syndicales ont alors exigé qu'il injecte rapidement les fonds et ressources nécessaires pour régler les problèmes de paye. La question des avances salariales d'urgence a aussi été abordée avec la ministre Foote.

« J'ai déclaré expressément que l'absence de paye d'urgence pour beaucoup de nos membres était inacceptable et qu'il fallait plus de solutions adaptées aux ministères. Si quelqu'un a besoin de se faire émettre un chèque manuellement, l'employeur devrait trouver le moyen de le faire » a fait valoir la présidente Daviau.

Les syndicats déplorent que plusieurs membres éprouvent toujours des difficultés à payer leurs factures, leurs hypothèques et autres dépenses courantes. Services publics et approvisionnement a invité à plusieurs reprises les employés à demander une avance salariale à leur ministère en cas de besoin.

Pour l'instant, il est encore difficile de savoir combien de fonctionnaires fédéraux ont demandé une avance salariale d'urgence à leur employeur.  

Lors de sa dernière mise à jour mercredi, la sous-ministre Marie Lemay avait indiqué qu'il restait toujours 73 965 cas d'employés pour lesquels de transactions sont encore non résolues. 

Puis, en réponse à une question, la sous-ministre avait indiqué avoir un chiffre sur le nombre de fonctionnaires fédéraux ayant fait une avance salariale, mais n'avait pas été en mesure de le fournir à ce moment-là.

Au moment d'écrire ces lignes, vendredi, nous n'avions pu obtenir plus de détails sur le nombre d'avances salariales demandées par les fonctionnaires.  

Par ailleurs, les fonctionnaires pourront réclamer, avec pièces justificatives, les frais financiers qu'ils ont dû payer en raison des problèmes liés à Phénix. Les formulaires devraient être disponibles à compter du mois de septembre.

Les prêts d'urgence de l'IPFPC

D'autre part, l'IPFPC n'a pas l'intention de dévoiler, du moins pour le moment, le nombre de fonctionnaires fédéraux qui ont fait une demande de prêt pour faire face à leurs difficultés financières liées à Phénix. 

En juin, le syndicat avait pris la décision d'offrir des prêts allant jusqu'à 5 000 $. 

Au cours des dernières semaines, l'offre d'aide financière avait aussi été faite aux étudiants qui n'avaient pas reçu leur paye.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer