Les ratés de Phénix ont déjà coûté plus de 25 millions $

Un total de 69 nouveaux cas d'employés n'ayant... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Un total de 69 nouveaux cas d'employés n'ayant pas reçu de paye ont été signalés ces deux dernières semaines, comparativement à 274 lors de la dernière mise à jour.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Bien que les efforts déployés pour faire face aux ratés du système Phénix aient réduit le nombre de cas problématiques liés à la paye des fonctionnaires, la facture grimpe toujours.

Lors de sa dernière mise à jour dans le dossier, Services publics et Approvisionnements Canada a confirmé que les coûts avancés précédemment - 25 millions $ - seraient vraisemblablement plus élevés. Une somme qui viendra réduire du même montant les économies de 70 millions $ que devait réaliser le nouveau système de traitement de la paie.

Pendant ce temps, 69 nouveaux cas d'employés n'ayant pas reçu de paie ont été signalés ces deux dernières semaines, comparativement à 274 lors de la mise à jour précédent. «Un total de 245 employés ont été payés aujourd'hui, et les autres seront payés le 7 septembre», a expliqué la sous-ministre Marie Lemay.

À ce chiffre, il faut aussi ajouter 314 nouveaux cas d'employés dont la paie a été touchée après avoir pris congé ou quitté la fonction publique, en raison d'un congé parental ou de maternité ou d'un départ à la retraite, par exemple. Les dossiers des retraités sont souvent les plus complexes à régler. 

«Nous avons pu en régler 1696 et il nous en reste 1264. Les employés qui signalent ces types de problèmes devraient s'attendre à recevoir la paie non versée dans un délai de six semaines, mais de nombreux cas sont réglés beaucoup plus tôt», a indiqué Mme Lemay.

Par ailleurs, l'arriéré de cas à régler est passé de 82 000 employés (18 juillet) à 73 965 cette semaine. Ces cas concernent les paiements supplémentaires, comme la paie pour services additionnels, les nominations intérimaires et les promotions.

«Nous augmentons progressivement le nombre de cas traités et, en septembre, nous nous attendons à réduire l'arriéré considérablement, puisque des ressources supplémentaires entreront au service de nos unités de paie temporaires», a mentionné la sous-ministre. 

Le ministère soutient qu'il sera en mesure de régler ces cas d'ici le 31 octobre grâce aux nouvelles ressources ajoutées dans les unités de paie, qui seront en place aussi longtemps qu'il le faudra. 

«Nous croyons que cet objectif est réalisable, mais beaucoup dépend de la vitesse à laquelle les conseillers en rémunération se joignent à nous et de leur rapidité à se familiariser avec la complexité de chaque cas, ce que nous ne pouvons pas prévoir avant d'examiner les cas des employés individuellement», a fait savoir Mme Lemay.

Après le 31 octobre, il continuera à y avoir encore certains problèmes, comme c'était le cas avant Phénix, a-t-elle toutefois précisé.

Des équipes iront également appuyer les ministères afin de les aider à mieux comprendre le fonctionnement du nouveau système.

À Gatineau, l'équipe du nouveau bureau satellite passera prochainement de 106 à 138 employés, et celle de Winnipeg, de 31 à 53. Les bureaux d'unités de paie de Shawinigan compteront 17 employés et Montréal, 15. 

À l'Alliance de la fonction publique (AFPC), le scepticisme est de mise. «Compte tenu du passé, on ne voit pas comment le gouvernement parviendra à régler les 73 000 cas en arriéré d'ici le 31 octobre», craint Chris Aylward, vice-président exécutif national de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC).

Au début septembre, les employés pourront remplir des formulaires pour se faire rembourser des frais financiers liés à ces retards. «Cette décision a été prise par le gouvernement libéral plusieurs mois après que l'AFPC l'ait expressément demandé», a tenu à rappeler M. Aylward.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer