Phénix: Ottawa étale le recouvrement sur plusieurs périodes de paye

Lors d'une mise à jour, jeudi, la sous-ministre... (Justin Tang, La Presse Canadienne)

Agrandir

Lors d'une mise à jour, jeudi, la sous-ministre Marie Lemay (à droite) a affirmé que le problème d'avances salariales et de surplus versés sera réglés sur trois payes ou plus.

Justin Tang, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le gouvernement fédéral a annoncé jeudi qu'il échelonnera sur plusieurs périodes de paye le recouvrement des avances de salaire et des montants trop-payés versés aux employés de l'État qui ont été victimes des ratés du système de paye Phénix.

Normalement, lorsque le gouvernement doit récupérer une somme, celle-ci est complètement prélevée sur la prochaine paye. Ce procédé impose un fardeau financier, et sème de l'inquiétude chez plusieurs travailleurs. La décision d'Ottawa d'étaler le recouvrement vise à réduire ce fardeau.

« Nous sommes toujours en discussion sur le nombre de payes, mais ce sera plus de trois », a précisé la sous-ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Marie Lemay, lors d'une mise à jour sur le système de paye Phénix, jeudi.

Larry Rousseau, vice-président à l'Alliance de la fonction publique du Canada, croit qu'il faudrait revenir à un système où le recouvrement des sommes trop-payées s'échelonne sur une période d'un an, surtout lorsqu'on parle de plusieurs milliers de dollars, ou que le montant total à rembourser soit prélevé sur autant de semaines que le nombre de fois où les sommes excédentaires ont été versées.

« Si une personne a reçu des paiements en trop, peut-être qu'elle aurait dû mettre l'argent de côté, en principe. Mais malheureusement, la plupart des gens ne se rendent pas compte que c'était un paiement en trop. Ils pensent que c'était leur paye habituelle ou qu'il y avait eu un ajustement », a expliqué M. Rousseau.

274 nouveaux dossiers

Depuis la dernière mise à jour, le 28 juillet, le gouvernement a reçu 274 nouveaux rapports d'employés qui n'ont pas touché leur paye. Ces cas seront traités dans un délai de deux périodes de paye, a-t-on indiqué, pour ceux qui ont fourni toutes leurs informations à l'employeur. Il y aurait une centaine de personnes pour lesquelles le gouvernement n'a pas toutes les informations requises pour verser leur salaire.

Le nombre d'employés affectés par un problème avec leur salaire ou avantages sociaux, est en baisse, a signalé le gouvernement, s'établissant à 76 951 en date du 10 août comparativement à 81 997, le 18 juillet.

Le gouvernement dit avoir réglé 1182 des 2646 dossiers qui lui avaient été rapportés depuis la mi-juillet dans le groupe de priorité 2, qui comprend les employés dont la paye a été perturbée en raison d'un congé de maternité ou de paternité, et les départs à la retraite.

Les autorités fédérales ont aussi tenu à préciser que 296 470 employés ont reçu leur chèque de paye régulier cette semaine, et que plus de 25 000 paiements additionnels, notamment pour des heures supplémentaires ou une nomination intérimaire, ont été traités.

Ottawa espère toujours avoir réglé les dizaines de milliers de dossiers problématiques d'ici le 31 octobre, mais M. Rousseau se montre sceptique en raison de l'ampleur de la situation.

« Je ne demande rien de mieux que d'être confondu », a-t-il réagi.

M. Rousseau s'est abstenu de commenter les conséquences des problèmes de Phénix sur le prélèvement des cotisations syndicales. Pour lui, l'important est de se concentrer sur les problèmes vécus par les employés.

« La priorité est que les gens se fassent payer, et se fassent payer correctement pour le travail qu'ils ont effectué. Que les cotisations aient ou non été prélevées, ce n'est même pas secondaire en ce qui concerne l'Alliance de la fonction publique », a lancé M. Rousseau.

Dans sa mise à jour, Ottawa a aussi signalé que le bureau de paye temporaire de Gatineau comptait 92 employés, et que 37 autres devraient s'y greffer prochainement. L'objectif était d'avoir une centaine d'employés à ce bureau. Les autres bureaux satellites créés pour épauler le Centre des services de paye de Miramichi, au Nouveau-Brunswick, sont à Winnipeg, Shawinigan et Montréal.

Le gouvernement mettra en place au début de septembre un processus de réclamation afin de rembourser les employés qui ont dû engager des dépenses imprévues causées par Phénix.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer