L'enquête se poursuit à l'Édifice Louis-Saint-Laurent

L'édifice Louis-Saint-Laurent est toujours fermé depuis l'incendie d'avril dernier.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

L'édifice Louis-Saint-Laurent est toujours fermé depuis l'incendie d'avril dernier.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Pendant que les enquêteurs et les ingénieurs poursuivent leur travail pour déterminer la cause et l'ampleur des dommages causés par un incendie majeur survenu en avril dernier, le site de l'immeuble Louis-Saint-Laurent du boulevard de la Carrière, à Gatineau, reste clôturé et toujours interdit d'accès.

Les 1700 employés qui y travaillaient ont depuis été mutés dans diverses installations du ministère de la Défense nationale dans la région de la Capitale nationale. Et personne ne sait vraiment quand ils pourront réintégrer l'édifice incendié.

D'importants travaux sur l'enveloppe du bâtiment, ayant débuté le 11 avril, étaient en cours lors de l'incendie survenu le 21 avril. Bien qu'aucun montant n'ait encore été avancé, les dommages pourraient s'élever à plusieurs millions de dollars. 

La firme CIMA+ a été mandatée par le ministère des Services publics et de l'Approvisionnement pour faire l'inspection et l'analyse de la structure de l'édifice situé au 555, boulevard de la Carrière.

«CIMA+ assume la tâche délicate de mener une évaluation rigoureuse de l'édifice et de sa structure. Afin d'assurer la sécurité de ses travailleurs, CIMA + doit exécuter ces activités avec beaucoup de prudence et de rigueur», a indiqué Jean-François Létourneau, porte-parole du ministère. 

Le mandat comprend l'inspection de la structure de l'immeuble, les plans et devis pour enlever les débris sur le toit et pour la stabilisation de la structure de l'immeuble. 

D'ici la fin du mois, un rapport est attendu sur les mesures de stabilisation à prendre à court terme et des constats qui guideront les prochaines étapes, dont les options de réparations à long terme. 

Par ailleurs, le ministre indique que parallèlement aux travaux de la firme CIMA+, l'enquête du service des incendies de Gatineau se poursuit toujours.

Date de retour «inconnue»

Les 1700 employés devront donc patienter avant de savoir quand ils pourront y retourner. Après l'incendie, le ministère avait mis tout en oeuvre pour qu'ils puissent continuer leur travail, dans différents bureaux du ministère ou par le télétravail.

«Il y a des dommages importants et il faut attendre les rapports d'inspection avant de savoir ce qui va vraiment se passer avec l'édifice. Mais c'est évident que personne ne retournera là-bas avant un bon bout de temps», a indiqué au Droit John MacLennan, président du Syndicat des employés de la Défense nationale. Cet élément de l'Alliance de la fonction publique du Canada représente environ 1100 employés syndiqués à l'édifice Louis-Saint-Laurent.

«Nous n'avons pas de plainte à la suite des transferts dans d'autres immeubles. Alors nous sommes heureux de voir que tout se passe quand même relativement bien malgré la situation difficile», a expliqué M. MacLennan.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer