Des «prêts d'urgence» en raison des ratés de Phénix

La présidente de l'Institut professionnel de la fonction... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

La présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, Debi Daviau

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

En raison des ratés du système de paie Phénix, un important syndicat de fonctionnaires fédéraux a décidé de prendre les grands moyens pour venir en aide à ses membres en leur offrant des prêts d'urgence pouvant aller jusqu'à 5000 $ pour leur permettre de payer leur hypothèque ou autres factures en retard.

« C'est une mesure exceptionnelle que nous avons décidé de prendre pour venir en aide à nos membres qui sont en graves difficultés financières », a expliqué mardi en entrevue au Droit Debi Daviau, présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada.

« Nous tentons de trouver des solutions avec l'employeur. Mais certains de nos membres n'ont pas été payés souvent depuis des mois. Des ministères disent qu'ils feront une avance dans les 48 heures, mais ce n'est pas ce qui se passe. Alors, nous avons décidé d'aider nos membres rapidement. Pour nous, c'est une priorité. Une fois l'information reçue, la décision et le prêt seront faits dans les 48 heures », a expliqué Mme Daviau. 

Le syndicat a déjà accordé des prêts dans des situations où un congédiement ou une sanction prise contre un membre était contesté.

Mais c'est la première fois qu'il prend une telle décision pour des cas de retards dans la paye versée à certains de ses membres, a-t-elle indiqué.

Les histoires d'horreur vécues par de nombreux membres de l'Institut professionnel s'accumulent de jour en jour, a expliqué la présidente Daviau. Jusqu'à maintenant, plusieurs personnes ont rempli les formulaires requis pour cette aide financière d'urgence. 

« Nous avons un de nos membres de la Colombie-Britannique qui a perdu sa maison à cause des retards dans sa paye. D'autres membres n'ont pas été payés depuis quatre mois. Des infirmières travaillant dans le nord n'ont pas eu leur paie de temps supplémentaire dont elles ont besoin pour acquitter leurs factures. Des scientifiques travaillant sur des bateaux sont revenus à la maison après six semaines et leur électricité a été coupée parce qu'ils n'avaient pas été payés », a raconté la présidente, inquiète de voir la cote de crédit de nombreux membres affectés par cette situation hors de leur contrôle.

La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Judy Foote, a annoncé l'embauche temporaire de 100 employés supplémentaires au bureau du ministère à Gatineau pour venir appuyer les 550 employés en poste à Miramichi et faire face aux nombreux retards causés par Phénix.

Mais cette décision ne changera pas les problèmes importants liés à ce nouveau système, estime Mme Daviau.

« La mise en oeuvre de Phénix a été très mal planifiée, comme beaucoup d'autres projets de l'ancien gouvernement conservateur. Cette centralisation à Miramichi n'est pas la solution. Nous croyons qu'il faudrait revenir à une décentralisation des services dans les ministères. L'ancien système n'était pas parfait, mais chaque ministère avait des agents de rémunération pour régler les problèmes rapidement », a expliqué la présidente Daviau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer