Remplacer l'actuel Bureau de la traduction

Un groupe formé d'une trentaine de professeurs et d'experts du milieu de la... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Un groupe formé d'une trentaine de professeurs et d'experts du milieu de la traduction propose au gouvernement fédéral de remplacer l'actuel Bureau de la traduction par un Secrétariat général de la traduction, qui serait désormais sous la responsabilité de Patrimoine canadien, plutôt que du ministère des Services publics et de l'Approvisionnement.

Le Secrétariat général proposé coordonnerait toute la traduction au sein de l'administration fédérale. « Ses services seraient obligatoires et non plus facultatifs, et ils ne seraient plus régis totalement par le principe du recouvrement des coûts. C'est la seule façon d'éliminer la surfacturation et la sous-facturation et d'assurer une qualité uniforme des traductions », avancent les 35 cosignataires, parmi lesquels on compte plusieurs universitaires et autres experts de la traduction, des langues et du droit provenant des quatre coins du pays.

Plusieurs des signataires ont déjà comparu devant le comité parlementaire des langues officielles, dont les professeurs Jean Delisle et Linda Cardinal, de l'Université d'Ottawa, ainsi que le professeur de droit de l'Université de Moncton, Michel Doucet.

Le groupe soutient qu'il faut abandonner « la logique comptable qui empêche l'actuel Bureau de remplir convenablement les exigences liées à son mandat de service public, notamment en matière de terminologie. Cette logique comptable compromet aussi le respect de l'égalité des deux langues officielles au pays, où de 85 à 90 % des traductions se font vers le français ».

Selon la recommandation du groupe, la traduction ne devrait donc plus relever du ministère des Services publics et de l'Approvisionnement.

« On conviendra que la traduction et la terminologie ont plus à voir avec les langues, la diffusion des connaissances, la culture et le patrimoine qu'avec la construction des édifices fédéraux, la gestion du service de paye ou les enquêtes de sécurité industrielle », soutiennent les auteurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer