L'AFPC réclame les «effectifs nécessaires»

Après des années d'austérité, les syndicats s'attendent maintenant... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Après des années d'austérité, les syndicats s'attendent maintenant à ce que les libéraux annoncent des mesures pour rétablir les services publics fédéraux fragilisés par le manque de personnel.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Après dix ans d'austérité sous le règne conservateur, les attentes des syndicats fédéraux du secteur public sont élevées pour le premier budget du gouvernement Trudeau déposé mardi.

« La plateforme électorale libérale promettait d'améliorer les services publics, en réduisant les temps d'attente et en assurant des services personnalisés. Nous allons voir à ce que le gouvernement tienne promesse » a indiqué Robyn Benson, présidente nationale de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC).

Après des années d'austérité, les syndicats s'attendent maintenant à ce que les libéraux annoncent des mesures pour rétablir les services publics fédéraux fragilisés par le manque de personnel.

« La population canadienne a perdu des services dont elle a besoin. Et les compressions nuisent à l'économie, tant nationale que régionale. Il faut dès maintenant renforcer les services publics et donner aux ministères les effectifs nécessaires pour que nos membres puissent bien faire leur travail » explique la présidente de l'AFPC. Le syndicat s'attend aussi à des réinvestissements dans les infrastructures sociales, une amélioration du Régime de pensions du Canada, un programme national de garderies et une bonification du financement aux communautés autochtones.

Dans son Alternative budgétaire 2016, le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA), organisme de réflexion proche des milieux syndicaux, propose un réinvestissement de plus de 2 milliards $ par année pour rétablir des programmes abolis en fonction de l'intérêt public. Il propose aussi de limiter le recours à des agences de placement à des besoins de courte durée ou de surcroît de travail. 

Le CCPA rappelle que 25 318 postes ont été abolis dans l'administration centrale fédérale entre l'élection de 2011 et mars 2015. Statistique Canada a par ailleurs évalué à 50 000 le nombre d'emplois abolis dans l'ensemble de la machine fédérale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer