Un sous-ministre ciblé par un reportage d'Enquête

Le lac Champlain, situé à la frontière canado-américaine,... (Janick Marois, Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le lac Champlain, situé à la frontière canado-américaine, serait devenu une «immense boutique hors-taxe» et le sous-ministre responsable de l'Agence des services frontaliers du Canada, François Guimont, aurait profité de la «combine», selon l'équipe d'Enquête.

Janick Marois, Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le sous-ministre de la Sécurité publique et responsable de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), François Guimont, serait intervenu dans un dossier touchant une « combine » de bateaux de luxe « sans taxes » sur le lac Champlain, un « paradis fiscal » à une heure de Montréal près de la frontière Canada-États-Unis, selon les révélations faites à l'émission Enquête de Radio-Canada.

Le reportage allègue que le lac Champlain est devenu une « immense boutique hors-taxe », alors que 600 bateaux, majoritairement immatriculés au Canada, y flottent et que les propriétaires ont pu les acheter sans payer les taxes, au grand dam des douaniers américains.

La pratique serait complètement légale puisqu'il n'y a ni taxes ni de droits de douane à payer sur un bien acquis au Canada si celui-ci est exporté dans un autre pays. L'émission cite un courriel interne de l'ASFC qualifiant cette pratique de « combine ».

Intervention à l'ASFC 

Dans le cadre de l'enquête, une série de courriels d'août dernier indique que le sous-ministre Guimont a fait suivre à la présidente de l'ASFC le courriel de la propriétaire de la marina Gosselin sur le lac Champlain, là où M. Guimont posséderait un bateau de luxe. La propriétaire de la Marina s'inquiétait de l'intervention prochaine des douaniers canadiens. La demande est devenue par la suite « prioritaire » à l'ASFC.

Répondant aux questions d'Enquête, M. Guimont a indiqué qu'il avait suivi les indications de la marina Gosselin lorsqu'il a été question de savoir s'il avait utilisé la « combine » pour l'achat d'un bateau de luxe de plus de 450 000 $, sans donner plus de détails.

En plus d'être sous-ministre de la Sécurité publique depuis 2012 (responsable de la GRC, de l'ASFC et Service canadien du renseignement et de la sécurité, Service correctionnel Canada et Commission des libérations conditionnelles), M. Guimont porte aussi le titre de « champion de l'Université d'Ottawa » et est responsable des relations entre le gouvernement fédéral et les universités.

Au moment d'écrire ces lignes, personne n'avait réagi au reportage au sein du gouvernement libéral.

Le 2 mars, le premier ministre Justin Trudeau avait annoncé le départ à la retraite de M. Guimont dans le cadre d'un jeu de chaise au sein de la haute fonction publique. M. Trudeau l'avait alors remercié pour ses « remarquables accomplissements au cours de sa carrière » et son « dévouement et engagement au service des Canadiens ». Il sera remplacé à compter du 4 avril.

M. Guimont est notamment membre du conseil d'administration de Centraide Ottawa, et a dirigé la Campagne de charité en milieu de travail du gouvernement du Canada en 2011.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer