Le fédéral appelé à réembaucher

Le secteur public fédéral a connu une décroissance... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le secteur public fédéral a connu une décroissance de ses effectifs, passés de 300000 à 270000 employés entre 2011 et 2015, sous le précédent gouvernement conservateur.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Après des années de compressions, le gouvernement fédéral devra embaucher de nouveaux fonctionnaires s'il souhaite rétablir les services publics et remettre la fonction publique sur ses rails, soutient le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA).

Le secteur public fédéral a connu une décroissance de ses effectifs, passés de 300 000 à 270 000 employés entre 2011 et 2015, sous le précédent gouvernement conservateur. De plus, entre 1983 et 2013, la taille de la fonction publique fédérale n'a augmenté que de 5%, pendant que la population canadienne augmentait de plus de 38%.

Ces statistiques démontrent qu'il y a donc de la place pour faire croître cette fonction publique, afin qu'elle réponde davantage aux besoins des Canadiens, soutient l'auteur de cette étude du CCPA, Howie West, agent de réorganisation du travail à l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC).

Le gouvernement précédent a toujours refusé de parler de l'impact réel de ces abolitions de postes, souligne l'auteur. «Mais nous savons, d'après une recherche du directeur parlementaire du budget et d'autres, que ces coupures ont réduit la qualité des services et miné la capacité des employés de la fonction publique de faire leur travail. S'il veut renverser l'impact des coupures idéologiques des conservateurs, le gouvernement libéral devra nécessairement embaucher du personnel», affirme M. West.

Le gouvernement libéral est dans une bonne position, puisqu'il a été élu en promettant de mettre fin à l'austérité budgétaire. Les dépenses liées à l'embauche de nouveaux employés pourraient être soutenues par des mesures de lutte à l'évitement fiscal ou par l'abolition des subventions à l'industrie pétrolière, explique-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer