Le fédéral passe à la traduction automatique

Le fédéral installera un nouvel outil de traduction automatique sur les postes... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le fédéral installera un nouvel outil de traduction automatique sur les postes de travail de tous ses fonctionnaires, dès le 1er avril prochain.

Mis au point dans le cadre du projet de modernisation du Bureau de la traduction, le nouveau logiciel de traduction est déjà utilisé par un groupe restreint de 200 fonctionnaires dans le cadre d'un projet pilote lancé l'an dernier.

Il doit remplacer d'autres outils déjà disponibles sur le marché, dont Google Traduction, afin d'améliorer la compréhension et la traduction de courtes communications internes non officielles. 

Le projet est toutefois source d'incertitude et d'inquiétude pour les employés du Bureau de la traduction, qui emploie de nombreux traducteurs, interprètes et terminologues.

Son arrivée fait craindre une détérioration de la qualité des traductions, alors que les effectifs sont déjà décimés par les compressions imposées ces dernières années sous le gouvernement conservateur.

En juin 2015, la présidente de l'Association canadienne des employés professionnels (ACEP), Emmanuelle Tremblay, exprimait l'inquiétude de ses membres face à ce nouvel outil dans une lettre adressée à Donna Achimov, la pdg du Bureau de la traduction. Dans sa missive, la présidente de l'ACEP disait craindre que la «machine à traduction» vienne «souiller» la réputation de l'institution, alors que des traductions de piètre qualité risquent désormais de porter son sceau. 

«De telles traductions approximatives conduiraient à l'abandon (par le Bureau de la traduction) de son rôle de chef de file dans la défense de la langue et la fixation des normes de qualité linguistiques au Canada. En réduisant la qualité des communications internes au sein des ministères, les fonctionnaires d'une langue officielle en situation minoritaire verraient leurs droits linguistiques bafoués», écrit Mme Tremblay dans cette mise en garde à la direction.

Une «évolution de la profession»

Dans sa réponse, Mme Achimov avait confirmé l'an dernier son intention d'installer un outil de traduction automatique sur le poste de travail de tous les fonctionnaires fédéraux en 2016 pour une «utilisation limitée» à certains documents internes. La direction a confirmé depuis que le nouvel outil sera offert le 1er avril prochain.

«Nous assistons à une évolution de la profession conduite par les avancées technologiques, avait expliqué Mme Achimov. La qualité de la traduction automatique s'améliore grandement et rapidement, mais le regard d'un professionnel sera toujours nécessaire. Le Bureau doit trouver le juste équilibre entre son désir d'offrir un outil utile et l'état actuel de la technologie. En fonction d'une évaluation de la technologie, le Bureau croit qu'il est préférable d'utiliser cet outil à des fins d'amélioration de la compréhension et de traduction de courtes communications internes non officielles.» 

Ses propos n'ont pas rassuré la présidente de l'ACEP, qui craint toujours qu'un tel outil devienne un prétexte pour ne pas avoir recours aux traducteurs professionnels du Bureau, qui opère selon un modèle de récupération des coûts en facturant les ministères et organismes pour ses services.

«Le langage est très complexe, c'est pourquoi nous confions la traduction à des personnes ayant une formation de haut niveau, plaide Mme Tremblay. La technologie n'a pas atteint ce niveau de sophistication; être capable de comprendre les nuances, de saisir les idiomes, le style et l'humour inhérents à chaque langue.»

McKinnon surpris

Le député fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon, n'était pas au courant qu'un nouvel outil de traduction sera mis à la disposition des fonctionnaires en avril. Il estime cependant que «la qualité du français et du travail fait par des humains ne sont pas négociables».

«Pour moi, le français dans l'appareil fédéral devrait progresser et non régresser.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer