Besoin d'«humanité» dans la fonction publique fédérale

En 2012, un cadre sur quatre a déclaré... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

En 2012, un cadre sur quatre a déclaré avoir des symptômes d'épuisement professionnel.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Pour améliorer la santé et la sécurité psychologique des employés dans la fonction publique fédérale, il faut humaniser le milieu de travail et créer une culture basée sur «la collaboration, l'inclusivité et le respect».

Cette vision est celle du Groupe de travail patronal-syndical sur la santé mentale, dont le rapport a été déposé mercredi par le président du Conseil du Trésor, Scott Brison.

En 2013-2014, les résultats du Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux avaient permis de constater que la mobilisation des employés fédéraux avait diminué au fil du temps et 19% ont déclaré avoir été victimes de harcèlement.

Pendant cette période, 40% de tous les services fournis par le Programme d'aide aux employés étaient liés à la santé psychologique.

Chez les cadres, un rapport de 2012 indiquait qu'ils souffraient de taux de stress plus élevés et que 25% déclaraient des symptômes d'épuisement professionnel.

Afin de concrétiser cette nouvelle vision et réduire les problèmes liés à la santé mentale, le Comité a cerné des domaines clés sur lesquels se concentrer, tout en répondant au besoin général de créer «une nouvelle culture d'humanité, de compassion et de justice».

Une norme nationale

Le Comité croit que cette vision peut être réalisée par la mise en oeuvre de la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologique en milieu de travail.

Lancée en 2013, la Norme nationale n'a jamais été mise en oeuvre intégralement par le gouvernement Harper. Toutefois, dans le cadre des présentes négociations, en mars 2015, il avait accepté de créer un groupe de travail mixte, avec l'Alliance de la fonction publique du Canada, pour s'occuper de la santé mentale en milieu de travail, un problème de plus en plus préoccupant chez les employés fédéraux.

Pendant la campagne électorale, les libéraux ont promis d'accélérer la mise en oeuvre de cette Norme nationale.

Mardi, le président du Conseil du Trésor a félicité le travail des dirigeants syndicaux pour cette initiative et s'est engagé à répondre aux recommandations du rapport.

«Le gouvernement s'engage à rétablir une culture de respect pour et dans l'ensemble de la fonction publique», a indiqué le ministre.

La présidente nationale de l'AFPC, Robyn Benson, se réjouit des recommandations pour revigorer le leadership, l'engagement et les initiatives de sensibilisation en santé mentale.

«Nous sommes très heureux des progrès accomplis par le groupe de travail. Les syndicats de la fonction publique sont impatients de donner suite aux recommandations du groupe de travail. Nos membres ont beaucoup d'attentes et surveilleront de près le processus» a indiqué la présidente Benson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer