Congés de maladie: la motivation plus importante que la biologie

Les fonctionnaires fédéraux ont pris en moyenne 10,5... (Archives LeDroit)

Agrandir

Les fonctionnaires fédéraux ont pris en moyenne 10,5 congés de maladie en 2014.

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

La motivation et les attitudes jouent un rôle encore plus déterminant que la biologie et la médecine lorsque les fonctionnaires fédéraux prennent des congés de maladie, selon une nouvelle étude dévoilée vendredi par l'Institut Macdonald-Cartier.

Ancien analyste en chef à Statistique Canada, Philip Cross a fait l'analyse des données démontrant que les employés fédéraux prennent de plus en plus de congés de maladie, par rapport aux travailleurs du secteur privé.

Les fonctionnaires fédéraux ont pris en moyenne 10,5 congés de maladie en 2014, comparativement à 7,2 jours en 1987. Pendant ce temps, les employés du secteur privé ont pris en moyenne 6,7 en 2014, soit une plus légère hausse par rapport aux 6,1 jours de maladie pris en 1987. 

«Le niveau et la tendance de l'utilisation des congés de maladie au gouvernement fédéral sont troublants, mentionne M. Cross. La recherche suggère que le facteur le plus déterminant de l'utilisation des congés de maladie est le fait de travailler dans le secteur public ou le secteur privé, et non votre exposition à de possibles blessures ou maladie dans le milieu de travail.»

La motivation et les attitudes

Selon l'auteur, les employés fédéraux n'ont pas plus de risque d'être malades que ceux du secteur privé.

«La recherche suggère que la motivation et les attitudes jouent un rôle primordial lorsque vient le temps de prendre des congés de maladie, plutôt que la biologie et la médecine», écrit M. Cross. 

L'étude vient ainsi jeter un autre pavé dans la mare dans le dossier des congés de maladie des fonctionnaires fédéraux, enjeu principal de la ronde des négociations sous les conservateurs. Les négociations doivent reprendre en décembre.

Les libéraux ont promis de donner un nouveau mandat au Conseil du Trésor, mais n'ont pas encore précisé ce qu'ils entendaient faire avec le régime de congés de maladie des employés fédéraux.

Les syndicats du secteur public fédéral ont toujours plaidé qu'ils souhaitent améliorer le régime actuel plutôt que de le modifier en abolissant les banques de congé de maladie et en mettant en place un régime d'assurance-invalidité à court terme géré par une compagnie d'assurance privée.

L'auteur recommande au nouveau gouvernement libéral de réaligner le régime de congés de maladie avec ce qui est offert dans le secteur privé. Il également suggère de corriger les problèmes liés à l'invalidité à long terme. À l'heure actuelle, seulement un tiers des employés ont les 65 journées de congé en banque nécessaires pour toucher les indemnités dans le régime actuel.

«C'est un risque pour les employés qui n'ont pas assez d'ancienneté et pour des employés qui ont des maladies chroniques, mais qui n'ont pas touché par une invalidité», soutient M. Cross.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer