Les syndicats du secteur public veulent «tourner la page»

«Nous souhaitons que M. Brison donne un nouveau... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

«Nous souhaitons que M. Brison donne un nouveau mandat qui va changer le ton à la table des négociations», a affirmé Larry Rousseau.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

L'arrivée de Scott Brison au poste de président du Conseil du Trésor a été bien accueillie mercredi par les syndicats du secteur public, qui s'attendent à une nouvelle ère de relations de travail «plus respectueuse» pour les fonctionnaires fédéraux.

«M. Brison est un député expérimenté et il connaît les enjeux des fonctionnaires. Nous avons hâte de travailler avec lui», a réagi Larry Rousseau, de l'Alliance de la fonction publique du Canada, qui a applaudi la parité hommes-femmes, non seulement en chiffres, mais aussi dans l'importance des portefeuilles.

«Après une décennie difficile avec le gouvernement conservateur, il est temps de tourner la page, ajoute le vice-président exécutif de l'AFPC pour la région de la capitale nationale. Nous souhaitons que M. Brison donne un nouveau mandat qui va changer le ton à la table des négociations pour arriver à une entente qui sera satisfaisante pour les deux parties. M. Brison a une approche plus professionnelle et il n'est pas du genre à faire des déclarations pour dénigrer les fonctionnaires comme l'a fait Tony Clement notamment dans le dossier des congés de maladie.»

M. Rousseau a rappelé que le nouveau premier ministre Justin Trudeau s'est engagé à abroger les mesures contenues dans la loi C-59 donnant le droit au gouvernement d'imposer un nouveau régime d'assurance-invalidité.

«Nous nous attendons maintenant à ce que ce projet soit mis de côté et que nous puissions retourner à la table pour négocier, explique M. Rousseau. Nos équipes seront à Ottawa pendant la première semaine de décembre. Si le gouvernement n'est pas prêt avec un nouveau mandat, nous attendrons au début de janvier s'il le faut. Depuis 10 ans, nos membres vivent des stress importants et il faut trouver des solutions aux problèmes qu'ils vivent.»

Du côté de l'Institut professionnel de la fonction publique, la présidente Debi Daviault s'attend maintenant à ce que le gouvernement prenne des décisions basées sur «l'évidence et les faits». Elle s'est réjouie que Justin Trudeau nomme deux ministres responsables de la science qui a grandement souffert des compressions, disant souhaiter qu'il rétablisse les services publics décimés par le gouvernement Harper.

«Nous ne pouvions même pas parler avec le gouvernement conservateur, a rappelé Mme Daviault. Maintenant, nous nous attendons à ce que le gouvernement négocie de bonne foi et qu'il cherche de vraies solutions pour régler les problèmes créés par le gouvernement conservateur.»

Une ministre, un absent

Au cours de la campagne électorale, Larry Rousseau affirme avoir établi de liens avec les membres du nouveau caucus libéral, incluant la nouvelle ministre libérale de l'Environnement, Catherine McKenna, députée d'Ottawa-Centre et seule ministre de la région.

Et l'absence du député libéral d'Orléans Andrew Leslie au cabinet? «Peut-être que M. Leslie a été un peu trop associé au plan de coupures à la Défense. Est-ce la raison pour laquelle il n'a pas été nommé? Ça reste à voir», a commenté M. Rousseau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer