L'AFPC prête à discuter avec le gouvernement Trudeau

Lors d'un point de presse en fin de... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Lors d'un point de presse en fin de campagne, les candidats libéraux de la région avaient déclaré qu'un gouvernement libéral donnerait un nouveau mandat aux négociateurs.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Les dirigeants de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) n'ont pas perdu de temps. Ils ont déjà entamé le processus pour discuter des négociations avec le nouveau gouvernement libéral de Justin Trudeau.

L'élection d'un nouveau gouvernement libéral majoritaire pourrait chambarder l'agenda des négociations, déjà entamées depuis plusieurs mois entre le gouvernement et 17 syndicats pour le renouvellement d'un total de 27 conventions collectives.

Depuis le début des rencontres, le gouvernement conservateur avait fait de la question des congés de maladie l'enjeu principal. Il avait aussi confirmé, avec les mesures budgétaires prévues dans la loi C-59, son intention de modifier unilatéralement le régime actuel pour imposer un nouveau régime d'assurance-invalidité. En même temps, le gouvernement Harper avait indiqué qu'il allait abolir les banques de congé de maladie accumulées des employés fédéraux.

Depuis le début des négociations, les syndicats s'y sont farouchement opposés, réclamant plutôt des améliorations au régime actuel.

La position des libéraux

Au cours de la dernière campagne électorale, le chef libéral et premier ministre désigné, Justin Trudeau, a affirmé dans une entrevue exclusive au Droit que la décision du gouvernement Harper d'imposer un nouveau régime de congés de maladie à ses employés «n'est pas justifiée» et qu'elle a été prise uniquement «pour des raisons politiques», plutôt que d'être basée «sur des faits».

Lors d'un point de presse pendant la campagne, les candidats libéraux de la région ont déclaré qu'un gouvernement libéral donnera un nouveau mandat aux négociateurs.

«Nous voulons revenir au premier principe, celui de la négociation», avait expliqué le candidat libéral dans Gatineau, Steven MacKinnon.

Toutefois, les libéraux n'avaient pas voulu dévoiler s'ils allaient proposer de maintenir le régime de congés de maladie actuel, le bonifier comme le souhaitent les syndicats, ou négocier dans le but d'en implanter un nouveau.

«Le gouvernement conservateur a enlevé l'option de maintenir le régime actuel. Ce que nous voulons faire, c'est de remettre cela sur la table de négociation et négocier de bonne foi avec les syndicats, ce que les conservateurs n'ont pas fait depuis neuf ans», avait souligné le libéral Greg Fergus, élu lundi dans Hull-Aylmer.

Les libéraux s'étaient engagés à accélérer le processus pour mettre en oeuvre dans la fonction publique fédérale la Norme nationale sur la santé mentale et la sécurité psychologique en milieu de travail. Dans ce dossier, une entente de principe entre le gouvernement conservateur et l'AFPC a été conclue pour la mise sur pied d'un groupe de travail pour étudier la possibilité de la mettre en oeuvre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer