La centralisation de la paie crée quelques retards

Des employés fédéraux se plaignent d'avoir à attendre pendant plusieurs... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Des employés fédéraux se plaignent d'avoir à attendre pendant plusieurs semaines - six à huit, dans certains cas - avant d'être payés, en raison de la centralisation en cours des services de paye à Miramichi, au Nouveau-Brunswick.

«Je suis contractuel depuis plusieurs années au gouvernement fédéral. Et je dois attendre maintenant de six à huit semaines avant d'être payé par le gouvernement depuis la centralisation des bureaux à Miramichi. C'est inacceptable et très difficile financièrement», s'est plaint au Droit un employé contractuel.

À Travaux publics et services gouvernementaux Canada (TPSGC), on indique que le Centre des services de paye de Miramichi n'éprouve pas de «problème généralisé» d'administration de la paye.

«Toutefois, certaines demandes en raison de leur complexité requièrent davantage de temps de traitement, notamment certains cas d'exception», a expliqué dans un courriel Pierre-Alain Bujold, des relations avec les médias à TPSGC.

En 2014-2015, le Centre des services de paye a traité près de 300000 cas et a reçu 200 plaintes de la part d'employés dans différents ministères, selon les données de TPSGC.

Si certains cas plus complexes occasionnent certains retards, les ministères fédéraux ont en place des mesures pour émettre d'urgence des avances sur salaire aux employés en attente de leur paye qui se retrouvent dans des situations financières difficiles, a expliqué le porte-parole de TPSGC.

«Nous travaillons en étroite collaboration avec le ministère employeur et les personnes concernées pour résoudre les problèmes en temps opportun», a-t-il mentionné.

Le ministère soutient que le Centre des services de paye respecte ses normes de service et traite les demandes dans les 20 jours ouvrables suivant leur réception, et ce, «dans 95% des cas». «La majorité des demandes sont traitées en seulement 8,5 jours», souligne le porte-parole de TPSGC.

À la fin de l'année 2015, le centre de Miramichi offrira des services de rémunération à 46 ministères et organismes.

Selon le ministère, le projet respecte les échéanciers et les budgets prévus, et doit permettre des économies de 70 millions$ à compter de l'exercice 2016-2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer