Congés maladie: les syndicats préparent leur riposte

Le vice-président exécutif régional de l'AFPC, Larry Rousseau.... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Le vice-président exécutif régional de l'AFPC, Larry Rousseau.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Les syndicats du secteur public fédéral ont décidé de riposter ensemble face aux intentions du gouvernement conservateur d'éliminer «de façon unilatérale» le régime de congés maladie prévu à leurs conventions collectives.

Lors d'une rencontre tenue jeudi, les dirigeants de 17 syndicats du secteur public fédéral, représentant plus de 166000 employés, se sont mis d'accord pour élaborer une stratégie commune afin de répondre à l'ultimatum lancé lors du dépôt du budget, mardi, par les conservateurs.

Les déclarations du président du Conseil du Trésor, Tony Clement, et du ministre Pierre Poilievre laissant entendre que le gouvernement imposera le régime s'il n'arrive pas à une entente avec les syndicats ont fait bondir les dirigeants syndicaux.

«Ce que propose le gouvernement dans le récent budget fera échouer les négociations et causera des dommages irréparables dans les relations de travail entre le gouvernement et les travailleurs de l'État», a indiqué Ron Cochrane, président du Conseil national mixte des syndicats du secteur public fédéral.

«Quand le gouvernement affirme qu'il compte imposer son nouveau régime de congés maladie si nous n'arrivons pas à une entente négociée, il démontre un grand manque de sens moral et un mépris de notre droit à la libre négociation de nos conventions collectives», de dénoncer M. Cochrane.

Les détails de la stratégie n'ont pas été dévoilés, mais elle pourra inclure un recours devant les tribunaux, selon nos sources.

Le gouvernement a prévu rayer un passif de 900 millions de dollars lié aux banques de congés de maladie des employés fédéraux en 2015-2016, puis 200 millions de dollars à chacune des années suivantes.

Mardi, une source gouvernementale nous a confié que l'ensemble des banques de congés de maladie des employés ont une valeur totale de 4,9 milliards.

M. Cochrane a rappelé que la Cour suprême a statué que le droit des travailleurs à négocier leurs conditions de travail est constitutionnel et qu'il est protégé par la Charte des droits et libertés. Mardi, le vice-président exécutif régional de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), Larry Rousseau, a déjà indiqué qu'il n'était pas question de se faire imposer un régime comme celui proposé par le gouvernement, le syndicat voulant profiter de la négociation pour améliorer le régime actuel.

En négociations

Les 17 syndicats membres du Conseil national mixte sont en négociation avec le gouvernement pour le renouvellement de près de 27 conventions collectives.

Outre l'AFPC, la liste inclut aussi l'Institut professionnel de la fonction publique et l'Association canadienne des employés professionnels, l'Association professionnelle des agents du Service extérieur et l'Association des juristes de justice.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer